L’atelier d’écriture selon Marianne Jaeglé

Romancière, Marianne Jaeglé anime des ateliers d'écriture. Sa formation d'enseignante de lettres modernes lui est précieuse dans ses interventions auprès des publics scolaires.

Une version courte de cet entretien a paru dans le n° 269 (juin-juillet 2019) de Profession Éducation.

De l’enseignement à l’animation d’ateliers d’écriture…

Pourquoi avoir cessé d’enseigner pour animer des ateliers d’écriture ?
J’ai fait des études de lettres par goût de la littérature, et dans l’espoir d’apprendre à écrire en suivant ce parcours. Si enseigner le français pendant neuf ans a été une belle expérience, je ne me suis pas réellement sentie à ma place dans l’Éducation nationale. L’étude scolaire des textes nous installe dans une relation de révérence à la littérature ; j’avais le sentiment que cette révérence inhiberait toujours ma propre écriture. D’autre part, je n’étais pas à l’aise avec le fonctionnement du système éducatif, dans la mesure où les notes et le fait de donner à étudier aux jeunes des textes qui n’avaient pas forcément beaucoup de sens pour eux installent une dimension coercitive dans la relation entre la littérature, le prof et les élèves. J’avais commencé à suivre des ateliers d’écriture peu après mes débuts dans l’enseignement et c’est là que j’ai trouvé ce qui m’a permis de passer personnellement de la théorie littéraire à la pratique. J’y ai reçu à la fois l’autorisation d’écrire et des méthodes pour le faire. Après avoir suivi une formation à l’animation, j’ai quitté l’Éducation nationale et suis devenue animatrice d’ateliers. Depuis, j’accompagne dans leurs projets des gens qui veulent apprendre à écrire. Passer à cette pratique-là était plus juste pour moi à tous points de vue.

marianne jaeglé atelier d'écritureVotre expérience d’enseignante a-t-elle été un atout dans votre nouveau métier ?
Dans ce nouveau contexte, mes études de lettres m’ont été extrêmement utiles. J’avais à la fois une connaissance technique qui facilite l’analyse des textes produits (qu’est-ce qu’un point de vue interne ? une métaphore filée ? etc.) et aussi une culture littéraire qui m’aide à situer les textes écrits par les participants dans une lignée littéraire. J’avais aussi l’habitude de gérer des groupes. Tout cela, j’ai pu le réinvestir différemment dans l’animation. Mais pour moi, la différence majeure tenait à une autre relation à l’apprentissage. À l’école, même les élèves motivés subissent toujours plus ou moins les cours. En atelier, les gens à qui j’ai désormais affaire ont un très grand désir de ce que je peux leur apporter, un très grand appétit de découverte. L’atelier est pour moi le lieu idéal de transmission et du partage de savoir-faire.

À l’école, même les élèves motivés subissent toujours plus ou moins les cours. En atelier, les gens à qui j’ai désormais affaire ont un très grand désir de ce que je peux leur apporter

L’animation d’un atelier d’écriture paraît exiger une très grande maîtrise du fait de l’immense attente des participants…
Il ne faut pas se tromper de posture : l’objet de l’atelier, c’est l’écriture, ce n’est pas la thérapie. Il faut être clair sur les finalités, préciser pourquoi on est là et quelle est notre sphère de compétences. Je pense que ce risque existe à chaque fois que quelqu’un se met en devoir d’animer un groupe, raison pour laquelle les animateurs d’atelier d’écriture doivent être formés. Créer implique une régression, et le fait de se confronter à ce qu’on ne sait pas (y compris de soi-même), le fait d’affronter son échec, son désir… fragilise. Quand on anime un atelier, il faut être prêt à négocier avec ces réalités et à aider les gens à y faire face.

L’implantation en France des ateliers d’écriture

Vous vous inscrivez dans la tradition des ateliers d’écriture Élisabeth Bing. Quelle est leur histoire ?
À la fin des années 1960, Élisabeth Bing a travaillé dans un institut médico-éducatif situé dans la Drôme. Elle a mis en place des ateliers d’écriture pour des enfants dits caractériels. En faisant écrire ces enfants considérés comme inadaptés au système scolaire, elle s’est aperçue qu’ils adoraient la littérature, prenaient plaisir à écrire et que ce travail d’écriture littéraire, curieusement, les réconciliait avec la langue, l’écrit, l’École, et d’une certaine manière avec eux-mêmes. Écrire les transformait en profondeur ; une expérience qu’elle a retracée dans son livre Et je nageai jusqu’à la page. Par la suite, elle a adapté sa méthode aux adultes et a été une pionnière de l’atelier d’écriture en France en créant l’association qui portait son nom en 1981, et qui a formé de très nombreux animateurs. C’est de là que sont nés la plupart des ateliers d’écriture en France

Les ateliers d’écriture et l’enseignement de l’écriture créative à l’université ont mis du temps à s’imposer en France. La partie est-elle gagnée ? Et ces formations font-elles des écrivains ?
Je pense que la partie est en passe d’être gagnée pour l’enseignement de l’écriture créative. On admet maintenant (idée qui semblait totalement incongrue auparavant) que l’écriture s’apprend : on n’enseigne pas le talent, mais on peut enseigner des techniques d’écriture et indiquer aux gens comment s’améliorer, dans quel sens travailler. Les ateliers d’écriture, les masters de création littéraire ont vocation à favoriser l’éclosion de talents, à accompagner les gens jusqu’à l’aboutissement de textes susceptibles d’être publiés. Mais il faut toute une vie pour faire un écrivain ! Personne ne peut dire si les écrivains de demain seront ceux qui ont suivi ces formations ou pas. Par ailleurs, en ce qui concerne la pratique de l’écriture, la partie sera vraiment gagnée quand il y aura des conservatoires d’écriture, c’est-à-dire des organismes publics qui permettront à tout un chacun de pratiquer l’écriture en tant qu’expression artistique comme une autre, au même titre, par exemple, que la musique ou la danse.

en ce qui concerne la pratique de l’écriture, la partie sera vraiment gagnée quand il y aura des conservatoires d’écriture

De la nécessité d’être formé·e à l’animation

Quelles sont les conditions requises pour devenir animateur d’atelier d’écriture ? Faut-il nécessairement être un écrivain publié et reconnu ?
On ne s’improvise pas animateur d’ateliers d’écriture. Il est certes indispensable d’avoir une pratique personnelle de l’écriture, une bonne connaissance de la littérature, mais il est aussi indispensable d’avoir suivi une formation à l’animation. Les écrivains connaissent leur propre processus créatif, mais ne sont pas nécessairement à même de faire avancer les autres, qui fonctionnent différemment.
Qu’est-ce qui fait écrire ? Comment accompagner et stimuler la singularité d’un auteur ? Comment l’aider à surmonter ses propres obstacles ? Comment l’amener à améliorer un texte ? Comment faire progresser un auteur ? Il faut s’être penché sur ces questions si on prétend guider les autres dans leur travail. Être écrivain ne suffit pas. Une pratique de l’écriture littéraire personnelle est certes absolument indispensable parce que c’est ce qui irrigue la pratique d’animation, mais ce n’est pas suffisant en soi.

On ne s’improvise pas animateur d’ateliers d’écriture.

Quant à la publication et à la reconnaissance en tant qu’auteur, ce sont des circonstances qui légitiment le travail de l’animateur. Aujourd’hui, comme mon dernier roman a été sélectionné pour des prix de lycéens, le regard des gens qui viennent suivre mes ateliers a changé. Cette reconnaissance de mon travail d’écriture personnel donne plus de poids à mes propos. Mais ma vraie légitimité est du côté de la formation que j’ai reçue, et de la pratique. C’est parce que je continue d’écrire, de me confronter à cette difficulté que je ce que je dis a du sens. La publication n’est pas indispensable, c’est un plus ; en revanche, être capable d’aller au bout d’un projet littéraire personnel est une expérience nécessaire pour pouvoir accompagner les autres.

L’écriture à l’École… et en entreprise

Elisabeth Bing Et je nageai jusqu'à la page

Selon vous qu’apporte l’écriture ? Et dans quelle mesure apprend-on à écrire à l’École ?
La façon même dont on fait travailler l’écriture à l’École est aberrante. Plutôt que de chercher à farcir la tête des élèves avec du savoir, il faudrait leur proposer une pratique littéraire qui parte d’eux, c’est-à-dire commencer par les faire écrire. Ils porteraient ensuite un tout autre regard sur les textes et les auteurs au programme. Sans vouloir caricaturer : si on proposait d’abord aux adolescents d’écrire sur leur découverte du sentiment amoureux, je pense qu’ils auraient ensuite beaucoup plus d’intérêt pour les sonnets de Louise Labbé ou de Ronsard. L’un des présupposés du travail d’Élisabeth Bing était que l’usage de la langue génère un immense plaisir, et que chacun devrait être incité à une relation de liberté et de créativité avec le langage. Or l’apprentissage scolaire génère exactement le contraire. Or l’École est dans la contrainte, la culpabilité, elle poursuit les mauvais usages (le « mal dit »), créant ainsi du jargon, de la cuistrerie, et un sentiment d’insuffisance. Donner le droit de créer est, pour moi, le meilleur moyen de donner accès à la beauté littéraire. Mais c’est aussi un enjeu citoyen. Que ce soit dans le cadre scolaire ou en milieu professionnel, l’enjeu de l’atelier d’écriture dépasse la question de la maîtrise de l’orthographe et de la grammaire, car écrire est une pratique de sincérité avec soi, c’est un effort pour penser, une prise de parole radicale. Il y a quelque chose qui a trait à la formation citoyenne parce qu’écrire, c’est oser revendiquer son expérience, sa singularité, son droit à prendre la parole et l’écrit. Écrire, c’est devenir capable de dire : « je »

écrire est une pratique de sincérité avec soi, c’est un effort pour penser, une prise de parole radicale. Il y a quelque chose qui a trait à la formation citoyenne

Donc les ateliers d’écriture existent aussi en entreprise…
De nombreuses entreprises s’aperçoivent que leurs salariés ont besoin de réapprendre ou même d’oser écrire. Elles sont confrontées à un problème fâcheux : nombreux sont les diplômés qui envoient des mails ou rédigent des rapports auxquels les destinataires ne comprennent rien. Mettre en place un atelier, qui fera repenser la relation de chacun à l’écrit fait beaucoup évoluer les choses. Par ailleurs, quand on fait travailler l’écriture en groupe, d’une certaine manière, on repose, outre la question de la relation au langage et à l’apprentissage, toutes les questions de la relation à l’autre, du vivre-ensemble… On met en place un atelier d’écriture dans un service, et on s’aperçoit au final que, outre le gain en termes de rédaction, ce sont aussi les relations entre les gens qui ont évolué. C’est tout ça, en réalité, qu’on fait travailler.

L’expérience des ateliers d’écriture en milieu scolaire

Quelle est votre expérience des ateliers d’écriture avec les publics scolaires ? Par exemple, vous avez animé un atelier très particulier à Gennevilliers…
Il y a quelques années, j’ai participé à un atelier qui concluait un voyage ; des élèves s’étaient rendus à Auschwitz lors d’un voyage de commémoration. Pouvoir écrire sur leur visite des camps de concentration et d’extermination a généré une réflexion sur cette expérience. Ils ont écrit, de ce fait, sur leur expérience personnelle du racisme et sur ce que ce voyage leur avait fait comprendre. La visite du camp d’Auschwitz les avait bouleversés. L’écriture les a amenés à mettre en mots ce qu’ils ont vécu, à se l’approprier. Les textes étaient forts, mais je pense que l’essentiel de cette expérience est dans ce que l’écriture leur a permis d’intérioriser, d’assimiler. Mise à distance, objectivation d’une réalité intérieure, travail formel… Tandis que nous retravaillons un texte, l’écriture nous fait évoluer intérieurement.
Marianne Jaeglé Vincent qu'on assassine FolioPlus récemment, dans le cadre de la sélection de mon roman pour le Prix des lycéens Folio, je suis intervenue dans des lycées où j’ai fait écrire brièvement des groupes d’élèves sur des propositions plus classiques d’atelier d’écriture. Je suis toujours stupéfaite de ce que cela suscite. Quand on leur donne la possibilité de dire qui ils sont, de formuler dans la classe quelque chose d’eux, de leur interrogation sur le monde, d’exprimer ce qui les touche d’un point de vue esthétique… cela change complètement leur rapport habituel à l’École. Ils se découvrent intéressés à la littérature, à l’apprentissage, aux autres. L’écriture permet aussi de découvrir que les personnes qu’on croit connaître disposent en fait d’une richesse, d’une expérience intérieure qu’on ne soupçonnait pas, sont capables d’écrire des textes qu’on n’aurait jamais imaginés. Soudainement, des gens se découvrent autres, irréductibles à ce que leur apparence laisse percevoir. Pour moi, l’atelier d’écriture est aussi une école de tolérance et de respect d’autrui. Comme l’écrit Marcel Proust de la littérature, l’écriture nous apprend à trouver du plaisir « ailleurs que dans les satisfactions du confort et de la vanité »

Tandis que nous retravaillons un texte, l’écriture nous fait évoluer intérieurement.

Comment intervenez-vous en milieu scolaire ?
Il est possible de le faire ponctuellement, sur une journée, mais ce n’est pas très satisfaisant. Il serait beaucoup plus intéressant que les enseignants de français et/ou d’arts plastiques soient formés et proposent sur la base du volontariat, des ateliers d’écriture. Ce serait une richesse merveilleuse pour les élèves… Et pour les enseignants, une modification radicale de leur relation aux élèves, à l’enseignement. Une vraie bouffée d’air frais pour tout le monde.

Les personnels scolaires commencent-ils à être bien sensibilisés à cette pratique ?
Il y a beaucoup de profs qui viennent écrire dans les ateliers parce qu’ils y trouvent pour eux-mêmes un enrichissement, une relation différente à la littérature enfin désacralisée, une pratique vive de la littérature si on peut dire. Mais on ne devient pas animateur ou formateur en écriture sans avoir appris un certain nombre de choses, qui ne font pas partie du bagage des enseignants. Il faut se former. Et la posture n’est pas non plus la même.
Idéalement, un atelier devrait pouvoir se pratiquer en dehors du temps scolaire, avec un nombre restreint de participants (dix à douze maximum). Dans l’idéal toujours, tous les collèges et les lycées devraient proposer un atelier d’écriture en parallèle des cours, avec un prof qui aurait été formé à cette pratique. Je suis certaine que cela ferait grandement bouger les choses.

Proposer cette activité en formation initiale ou continue ne permettrait-il pas d’ouvrir les enseignants à d’autres pratiques pédagogiques et d’autres types de relation avec les élèves ? 
Absolument. Et ce serait aussi l’occasion d’entretenir un autre rapport au texte littéraire, qui n’est pas seulement un monument qu’il s’agit d’admirer en en faisant le tour. Il ouvre aussi sur l’acte de créer – ce qui n’a plus rien à voir avec la relation scolaire, académique, de révérence, mais instaure une relation nouvelle de transmission, d’appropriation de la création.

Marianne Jaeglé, son parcours

Marianne Jaeglé est romancière, animatrice d’ateliers d’écriture.
Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné en lycée et en IUT avant de se consacrer à l’écriture et à l’animation d’ateliers d’écriture. Elle anime notamment des ateliers consacrés au roman (cf. dans Ressources complémentaires ci-dessous, « Un personnage et moi (biographie fictionnée) », session du 22 au 26 juillet 2019, et « Écrire votre roman », session à partir de septembre 2019).
Elle a été présidente de l’association Ateliers d’écriture Élisabeth Bing de 2014 à 2016.
Elle a siégé au conseil d’administration de la Maison des écrivains et de la littérature (Mél) de juin 2016 à mars 2017.

Marianne Jaeglé est l’auteure de romans, d’essais et de documentaires : voir sa bibliographie complète.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus