Le droit à l’éducation des enfants migrants, entretien avec Marie-Françoise Valette

Y a-t-il une limite à l'application du droit à l'éducation en matière de scolarisation des enfants et adolescents migrants ? Que signifie la distinction entre droit à l'éducation et droit à l'instruction ? Quel rôle peuvent jouer les partenaires sociaux en soutien à ces populations ?

Un extrait de cet entretien a paru dans le dossier « Migrant·e·s : le défi de l’intégration », de Profession Éducation (no 273 – Décembre 2019), le magazine du Sgen-CFDT.

Maîtresse de conférences en droit public à la faculté de Poitiers,  Marie-Françoise Valette est membre de l’unité mixte de recherche Migrinter et fellow de l’Institut Convergences Migrations

Comment la société civile peut-elle faire respecter le droit à l’éducation de tous les enfants ?

Organe du Conseil de l’Europe, le Comité européen des droits sociaux (CEDS) a la particularité de recevoir uniquement les plaintes d’organisations non gouvernementales et de partenaires sociaux. Plus les associations qui œuvrent auprès des populations migrantes le connaîtront et le saisiront, plus il sera efficace. Ainsi, le Forum européen des Roms et des gens du voyage (Ferv) a porté une réclamation auprès de ce comité concernant la situation des enfants Roms en France dont le droit à l’éducation n’est pas honoré. Dans sa décision, le CESD a constaté les manquements de la France à ses obligations et a émis des recommandations.

Plus les associations qui œuvrent auprès des populations migrantes connaîtront le Comité européen des droits sociaux (CEDS) et le saisiront, plus il sera efficace.

Ces recommandations sont-elles contraignantes ?

En 2002 et 2012, des associations de parents d’enfants autistes avaient aussi porté plainte contre la France, pour ce même motif. Entre ces deux plaintes, il y a eu un plan autiste et un arrêt du Conseil d’État qui a condamné la France. La plainte a pesé car les parents ont su médiatiser les deux décisions du Comité. Pour les enfants Roms, la médiatisation a été peu relayée. Si les décisions adoptées par le Comité ne sont pas obligatoires, leur respect fait l’objet d’un suivi par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe. La médiatisation accroît efficacement les pressions : les Droits de l’homme et l’École sont deux piliers de la culture française.

Si les décisions adoptées par le Comité ne sont pas obligatoires, leur respect fait l’objet d’un suivi par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe.

Hélas, un point faible pour la mise en œuvre du droit à l’éducation des enfants migrants est la rareté des plaintes. Ce n’est assurément pas le premier réflexe des familles et des mineurs non accompagnés que de s’adresser au tribunal administratif, encore moins au Conseil d’État, pour faire valoir leurs droits. Aussi, des instances non juridictionnelles comme le CEDS peuvent avoir leur utilité parce que ce sont des associations qui agissent au nom d’une situation générale.

un point faible pour la mise en œuvre du droit à l’éducation des enfants migrants est la rareté des plaintes.

Quelle est la différence entre droit à l’éducation et droit à l’instruction ?

Au cours de la préparation de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, René Cassin a insisté pour qu’un article consacre le droit à l’instruction, terme alors usité en France. Bizarrement, au fil des travaux la formulation « droit à l’éducation » a primé, sans qu’il y ait trace d’explications à ce sujet. Ainsi parle-t-on, dans le cadre des Nations Unies, de « droit à l’éducation », notion qui englobe le droit à l’instruction.

En revanche, les discussions lors de la préparation de la Convention européenne des droits de l’homme (signée en décembre 1950) témoignent d’un glissement inverse : les représentants officiels ont retenu le droit à l’instruction comme noyau dur de l’éducation, car ils ont voulu réduire au minimum le rôle de l’État pour éviter que se reproduisent des modèles tel l’enrôlement de la jeunesse par l’Allemagne nazie ou par l’URSS. La France connaît donc les deux influences. Il n’y a pas de fondement juridique à cette distinction, mais l’idée que le droit à l’éducation est condition de l’effectivité du droit à l’instruction : pour pouvoir étudier, il faut disposer d’espace, de calme, de transports scolaires, de repas à la cantine

le droit à l’éducation est condition de l’effectivité du droit à l’instruction

Qu’en est-il des jeunes étrangers qui veulent accéder à l’enseignement supérieur ? Est-on encore dans le cadre du droit à l’éducation ?

Je pense qu’on reste dans le cadre du droit à l’éducation parce que je défends la théorie qu’un tel droit ne s’arrête pas à un âge déterminé. Il figure dans la Convention des droits de l’enfant et, en France, il apparaît dans notre constitution et dans le Code de l’éducation. Mais on le trouve aussi dans le prolongement de la Déclaration universelle des droits de l’homme qu’est le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, et nulle part il n’est dit que le droit à l’éducation est réservé aux enfants et aux personnes de tel à tel âge.

Suite à l’arrêté fixant une augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, le Conseil constitutionnel, en réponse à une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portée par des organisations syndicales étudiantes et professionnelles, a rendu une décision, le 11 octobre 2019, qui rappelle bien que la gratuité s’étend aussi à l’enseignement supérieur, sans écarter une petite participation individuelle qui doit rester « modique ». C’est au Conseil d’État maintenant de préciser ce point.

Donc ce droit existe et dans le cadre des Nations Unies, il est spécifié qu’il passe par l’enseignement primaire, l’enseignement secondaire, l’enseignement supérieur et pourquoi pas, par la formation tout au long de la vie ?

Dans les faits, il y a une confusion opérée entre obligation scolaire et droit à l’éducation. Souvent, des communes ou certains partis politiques parlent de l’éducation en s’intéressant à la seule instruction obligatoire : fixée de 6 à 16 ans révolus, puis de 3 à 16, et dernièrement de 3 à 18. Mais ce n’est pas parce que l’obligation d’instruction s’arrêtait à 16 ans que le droit s’arrêtait aussi à 16 ans. Il y a déjà eu, à ce sujet, des jugements qui très clairement ont rappelé qu’après 16 ans un jeune devait pouvoir accéder à l’instruction. De telles confusions ont encore été faites quand le ministre de l’Éducation nationale a passé l’obligation scolaire de 6 à 3 ans. Il a beaucoup été question des difficultés des communes à la mettre en place et il a été répété que c’était surtout un cadeau fait à l’enseignement privé. Mais, c’est une avancée car les mairies ne peuvent plus refuser d’inscrire des enfants étrangers sur le motif, qui était mauvais, que l’obligation scolaire commence à partir de six ans.

Il y a déjà eu (…) des jugements qui très clairement ont rappelé qu’après 16 ans un jeune devait pouvoir accéder à l’instruction.

Que faire pour les enfants enfermés en centre de rétention ?

Dire qu’en ne le séparant pas de ses parents, on agit au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant est une interprétation vicieuse. L’enfermement des enfants n’a aucune base légale. La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France en 2012, puis à cinq reprises en 2016, et lui a recommandé d’adopter des solutions alternatives (bracelet électronique, assignation à résidence…) pour contrôler ces familles. Selon un représentant de La Cimade, ces situations se comptent aujourd’hui par centaines. À ma connaissance, il n’y a pas de plainte relative aux violations du droit à l’éducation dans ces circonstances ; là encore, le rôle des associations est essentiel pour alerter l’opinion publique. Peut-être considère-t-on que l’éducation n’est pas le plus important des droits parmi tous ceux qui sont bafoués. Dans les situations d’urgence, on privilégie le droit à l’hébergement, aux soins, en oubliant souvent le droit à l’éducation… Je crois qu’il n’est pas assez pris au sérieux.

là encore, le rôle des associations est essentiel pour alerter l’opinion publique.

Pouvez-vous parler du laboratoire Migrinter ?

À l’origine, Migrinter est un département de géographie. Par la suite les géographes ont été rejoints par des anthropologues qui sont restés minoritaires. Puis il y a cinq ans environ, une tentative de rapprochement a été faite avec la faculté de droit. J’étais très motivée par ce projet et je pensais partir en éclaireure et être rejointe.

Hélas, les collaborations demeurent ponctuelles… Il s’avère que c’est compliqué de discuter entre disciplines assez différentes. Par exemple, j’ai travaillé avec une doctorante en géographie dont la thèse portait sur les mineurs non accompagnés (MNA), et nous avons fait une communication à deux voix sur la parole de l’enfant ; j’ai aussi accompagné ponctuellement un doctorant en géographie dont la recherche s’attachait aux migrations de personnes âgées…

Pour ma part, je me suis intéressée aux migrations – et je pense qu’en droit, c’est souvent ainsi qu’on commence à étudier ce sujet – en lien avec les Droits de l’homme. Plus spécifiquement, le développement de la protection internationale des Droits de l’homme à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale repose sur le fait que les droits sont garantis à chaque individu parce qu’il est un être humain, et pas parce qu’il a une nationalité. Dans cette perspective, les problèmes rencontrés par les migrants apparaissent paradoxaux.

Pour ma part, je me suis intéressée aux migrations – et je pense qu’en droit, c’est souvent ainsi qu’on commence à étudier ce sujet – en lien avec les Droits de l’homme.

Ainsi, il existe un master Migrations internationales qui est rattaché à Migrinter. Les étudiants (qui sont plutôt des géographes ou des sociologues) auxquels il faut donner un socle de connaissances juridiques, sont étonnés d’entendre dire que tout individu a des droits garantis quelle que soit sa nationalité, quand d’autre part on parle de migrants en situation irrégulière.

La liberté de circulation, de fait, n’existe pas : les États ont toujours le droit de contrôler l’accès à leur territoire, tous les traités le reconnaissent, la Cour européenne des droits de l’homme le rappelle. Cependant, elle pose aussi qu’un individu, même en situation irrégulière sur le territoire d’un État, doit être respecté, plus précisément, ne doit pas être soumis à un traitement inhumain ou dégradant. Mais il n’y a pas de définition en la matière.

Au regard de la jurisprudence, on ne voit pas comment un étranger, privé de soins et d’hébergement, pourrait ne pas être considéré comme victime d’un traitement inhumain ou dégradant. Mais c’est au cas par cas… Quand il s’agit d’un enfant, les textes sont sans équivoque et cela devrait être encore plus contraignant.

Quand vous parlez de la manière de traiter les gens, des policiers sont missionnés pour aller taillader des tentes de migrants ; des agents préfectoraux se plaignent d’être en sous-effectifs et de devoir appliquer des règlements pas toujours clairs…

C’est inhumain aussi pour eux… Je ne sais pas s’ils ont toujours une formation suffisante pour savoir que ce qu’on leur demande peut être illégal. Je sais qu’il y a ponctuellement des formations. En ce moment, on parle des violences faites aux femmes. Il doit donc y avoir plein de formations dans les commissariats sur cette question… Mais sur les droits des migrants, y compris en situation irrégulière, je ne suis pas sûre que les connaissances apportées à un policier de terrain lui permettent de savoir où il en est juridiquement.

Parfois, c’est plus important d’agir humainement sans se poser la question du droit. Récemment, il y a eu le cas des gardes-côtes de Malte et de l’Italie qui se rejetaient la prise en charge d’un bateau en train de couler : le problème, ici, n’est pas qu’ils ne connaissaient pas le droit mais simplement qu’ils ne se se sont pas conduits de façon humaine.

Pour en savoir plus

« L’effectivité du droit à l’éducation d’enfants migrants confrontés aux conditions de logement : approche juridique », in Maïtena Armagnague et al., Enfants migrants à l’école, Éditions Le Bord de l’eau, 2020 (à paraître).

« Approche juridique de l’enfant au gré des migrations », dans Y. Scioldo-Zürcher, M.-A. Antoinette Hily, E. Ma-Mung (dir.), Étudier les migrations internationales : expériences de recherches, Presses universitaires de Tours, 2019.
« Le droit à l’éducation à l’épreuve des migrations », dans « École et migration », dossier coordonné avec Maïtena Armagnague et Isabelle Rigoni, Revue européenne des migrations internationales, 2018, vol. 34-4, p. 73-92.
« Protection et promotion des droits sociaux des migrants par le Comité européen des droits sociaux », Revue européenne des migrations internationales, 2016, vol. 32.
« La vulnérabilité de l’enfant au gré des migrations », Revue trimestrielle des droits de l’homme, no 89, 2012.
« La fin du placement en rétention administrative de familles accompagnées d’enfants ? », Les Petites Affiches, 29 février 2012.

 

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus