L’invitée du mois : Edith Heard

Publié le vendredi 27 octobre 2017 par Christophe Caulier

Version complète de l'interview parue dans Profession Éducation, le mensuel du Sgen-CFDT, n° 256 (octobre 2017). Propos recueillis par David Bruchon, en charge du fundraising et de la communication du programme national Pause.

Edith HEARD Programme PAUSEEdith Heard est une scientifique de renommée internationale, mais elle est aussi une femme engagée, puisqu’elle copréside le comité de parrainage du Programme national d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil (Pause), qui organise l’accueil de chercheurs en danger dans des établissements publics français.

Quel est votre regard sur la recherche en France ?

La recherche en France est organisée de manière assez différente du système anglo-saxon. J’ai découvert son fonctionnement en 1993, lorsque j’ai obtenu un poste de chargée de recherche après trois ans seulement de post-doctorat, et à 28 ans. La stabilité de ce poste m’a permis de mener une recherche qui requérait un temps long, au risque de ne pas voir le fruit de mes expériences dans l’immédiat, mais sans la pression de publier si forte à l’époque dans les pays anglo-saxons, en particulier aux États-Unis.

Cette stabilité et cette sécurité sont précieuses quand on mène des recherches approfondies avec d’importants potentiels de découvertes. Ce sont ces conditions de travail qui permettent à la recherche d’être attractive.

Biographie Edith HeardDans mon département, lorsque je lance des appels d’offres, de nombreux scientifiques étrangers postulent. Ils manifestent certes un intérêt pour nos travaux et la recherche faite en France, mais ils savent aussi qu’ils trouveront une certaine sécurité, associée à une rigueur scientifique et à une exigence d’excellence. Le revers est que le salaire des chercheurs est bas en France par rapport à d’autres pays. Notre attractivité a considérablement baissé pour cette raison – auprès des jeunes chercheurs en particulier, car à Paris le cout de la vie est élevé.

Qu’en est-il dans votre domaine de recherche ?

Avant de venir, je n’avais pas réalisé que la recherche en biologie est de très haut niveau en France. Les jeunes sont bien formés, ce qui explique pourquoi ceux qui sortent d’une thèse sont assez recherchés à l’étranger. La France est reconnue pour ses travaux non seulement en biologie, mais aussi en physique, en chimie et en mathématiques. Regardez les nombreux prix internationaux que reçoivent les scientifiques en France ! Je dirais qu’il y a une profondeur dans la formation que l’on ne trouve pas partout. Il y a un côté cartésien qui est prégnant. Les scientifiques français réfléchissent souvent avec une visée philosophique. Dans les pays anglo-saxons, nous sommes parfois plus pragmatiques et moins philosophiques. Pour moi, être ici est une richesse. Je conserve mon fonctionnement pragmatique tout en profitant des débats et du plaisir de réfléchir à des questions scientifiques pour leur donner du sens.

Quelle a été votre expérience en tant que chercheuse étrangère ?

Quand je suis arrivée en France pour faire de la recherche fondamentale, je parlais à peine le français – j’ai appris dans mon laboratoire d’accueil. Il était totalement accepté et naturel que je postule à un poste au CNRS quelques années après mon arrivée. J’ai été très agréablement frappée par l’accueil réservé aux chercheurs étrangers. La question d’être étrangère ne s’est pas posée. Cela m’a beaucoup marquée. La France a vraiment ouvert ses portes aux chercheurs du monde entier.

C’est grâce à ce poste au CNRS que j’ai pu poursuivre mes recherches dans la durée tout en fondant une famille. Ici, les femmes qui travaillent sont soutenues, car l’école et les crèches sont accessibles et peu couteuses en comparaison d’autres pays. Les Français ne le disent pas assez je trouve, mais moi, si : c’est vraiment une chance d’être une femme chercheuse en France. J’ai été accueillie sans avoir à me poser de questions sur ma carrière. J’ai été jugée comme scientifique – point. Les choses doivent évoluer dans ce sens partout en Europe et dans le monde.

Pensez-vous qu’il y ait une spécificité française de l’accueil des chercheurs étrangers ?

L’accueil des chercheurs étrangers n’est pas toujours simple, ici comme ailleurs. Mais, je dirais que la France, par ses règles et son organisation, peut servir d’exemple. Ainsi, quand des chercheurs européens viennent dans un laboratoire français, on leur établit un contrat de travail. C’est une évidence ici, mais pas forcément ailleurs. On constate que, petit à petit, les pratiques françaises s’imposent aux autres. Il y a en France des dispositifs forts pour soutenir la recherche, l’accueil de scientifiques étrangers, les femmes scientifiques. Mais des points sont toujours à améliorer, comme le financement – je ne les minimise pas.

Vous coprésidez avec Alain Prochiantz, administrateur du Collège de France, le comité de parrainage du Programme national d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil (Pause). Pourquoi ce programme ?

Quand les scientifiques subissent des contraintes politiques, comme dans des régimes autoritaires par exemple, la liberté de penser est en danger. Les chercheurs, les artistes, les écrivains, les journalistes sont souvent les premières victimes. Pour moi, être chercheuse signifie liberté de travailler, d’explorer, de poser des questions – certes de manière scientifique et rigoureuse, mais sans préjugés et sans contraintes extérieures. Les pays ouverts et démocratiques savent que la recherche et la pensée libre font avancer les sociétés. Pour moi, deux choses sont donc à préserver absolument dès lors que l’on souhaite un avenir à une société : l’éducation et la recherche.

Qui sont les chercheurs accueillis dans le cadre de ce programme ?

Les chercheurs accueillis ont un profil très proche du mien ou de ceux avec qui je travaille, en ce sens qu’ils sont animés du même esprit de recherche, de rigueur scientifique, d’exigence de liberté. Je perçois très bien leur détresse dans les dossiers que nous recevons et évaluons, car la situation politique de leur pays s’est souvent détériorée très rapidement. On passe de la lumière à la nuit en un instant ; tout se ferme. On voit des personnes qui perdent leur liberté, leur travail, leur santé, des personnes et leur famille qui doivent sacrifier beaucoup pour sauver leurs vies.

Pourquoi votre engagement dans l’accueil des scientifiques menacés ?

Si je ne crois pas à l’accueil de chercheurs qui font le même travail que moi, beaucoup mieux que moi, alors pour quoi je travaille ?Le PAUSE Mon engagement fait fondamentalement partie de ce que je suis, de la façon dont je fonctionne. Un autre point est à souligner : dès lors qu’un chercheur doit interrompre son activité, des connaissances peuvent être rapidement perdues. La recherche est en effet un travail du quotidien : en général les chercheurs doivent réfléchir à leur recherche tout le temps. Quand je parle de rupture dans la recherche, je ne pense pas à l’arrêt des expériences quand on quitte sa paillasse. Je pense à la rupture intellectuelle et émotionnelle : un membre de sa famille assassiné ou tombé sous les bombes, une maison explosée, et le vide s’installe dans la tête, on perd toute confiance et l’on ne se sent plus en sécurité ni avec les autres, ni avec soi-même. On perd sa capacité à se concentrer, à se projeter dans la vie. Permettre à ces scientifiques de sortir de situations déstabilisantes ou même tragiques en leur proposant de reprendre leurs travaux est très important.

Comment soutenir ce programme d’accueil des scientifiques en danger ?

Déjà, il faut en parler autour de soi pour que chacun prenne conscience de l’existence de ce programme. Le plus important, c’est bien cette prise de conscience qui peut elle-même encourager l’accueil. Réaliser que ces personnes, qui sortent de grande détresse, sont comme nous. Et tout geste, tout don est important. J’ai été impressionnée par la mobilisation individuelle au sein des établissements pour accueillir ces scientifiques. Les personnes peuvent aider, comme mettre en lien un professeur de français avec un scientifique et sa famille qui arrivent. Les personnes que nous accueillons ont surmonté des traumatismes avec beaucoup de courage. Leur permettre de reprendre vie dans leurs recherches, c’est donner une chance à des trésors de se montrer et de se découvrir.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 4 rue des Hibiscus, Kavani M'Esatere, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Description à compléter par nos services.
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Refondation

Le blog de la reconstruction de l’école
Accéder au site internet

Campus

Le blog de l’enseignement supérieur et de la recherche
Accéder au site internet

Raconter le travail

Raconter le travail aujourd’hui, pour mieux le connaître et partager son expérience.
Accéder au site internet

Numérique : quelle école, quels enjeux

Le numérique pour changer l’école
Accéder au site internet

Le corps enchaîné

Le blog EPS du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Le blog ASH

Une école inclusive pour une éducation inclusive
Accéder au site internet

Le blog AESH

Accompagner les enfants handicapés à l’école, c’est un vrai métier !
Accéder au site internet

Jeunesse, sports et cohésion sociale

Le blog de la CFDT à Jeunesse et Sports
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus
le SGEN-CFDT près de chez vous
Suivre le SGEN-CFDT sur les réseaux sociaux