Médecine scolaire : la grande oubliée de la réforme du système de santé

Les mutations du système de santé - Comment peut-on encore croire à une amélioration de notre situation professionnelle ? - Plutôt que subir, agissons ! - Les revvendications du SNAMSPEN/Sgen-CFDT.

Les mutations du système de santé

Notre système de santé est en pleine mutation, avec un changement de paradigme : la  prévention et la promotion de la santé deviennent une priorité pour tous les médecins voire pour tous les acteurs, tout comme la santé des enfants et la santé mentale.

Alors que le monde de la santé réfléchit à se réformer pour atteindre ces objectifs devenus prioritaires, la médecine scolaire est laissée pour compte, sous la seule tutelle de l’éducation nationale.

Force est de constater que la priorité de ce ministère n’est pas de réfléchir comment les médecins scolaires pourraient utilement concourir à ces nouvelles priorités nationales en exerçant pleinement leurs missions et leurs expertises !

Ce ministère peine déjà à remplir les missions dévolues aux transmissions des savoirs académiques et à faire cesser les inégalités !!! Il choisit de se priver des personnels experts en faisant porter, vaille que vaille et sans plus de formation, la politique de santé sur tous les autres personnels, voire sur des associations qui tapent de façon bien opportune à la porte de l’école pour vendre une prestation clés en main.

Pendant ce temps, les rares médecins au service de l’éducation nationale sont mobilisés  pour contrôler les actes de leurs confrères généralistes ou hospitaliers (projets d’accueil individualisés : PAI) ou ont des injonctions pour des visites médicales systématiques imposées dans les lycées professionnels dont la grande majorité, en raison des cadences imposées, n’apportent rien aux jeunes et n’ont pas de raison d’être. Il faudrait même que les médecins scolaires valident des plans d’accompagnement personnalisés (PAP) pour les troubles des apprentissages à partir d’un simple compte rendu orthophonique, sans pouvoir voir ces élèves en consultation afin d’effectuer un examen sensoriel (vision, audition) et organique, préalable indispensable à une démarche diagnostique dans le cadre des troubles des apprentissages.

Comment peut-on encore croire à une amélioration de notre situation professionnelle grâce au ministère de l’Éducation nationale ?

Depuis des années, le ministère de l’Éducation nationale a choisi de ne pas promouvoir la profession des médecins de l’Éducation nationale : salaires les plus bas de la profession médicale, absence de valorisation et de lisibilité de l’expertise médicale, désorganisation et hétérogénéité de la politique de santé en faveur des élèves suivant les secteurs, des postes vacants non affichés sur la bourse d’emploi de la fonction publique…

Les départements perdent un à un leur médecin scolaire, sans aucune réaction volontariste de la part du ministère de l’Éducation nationale. Ils sont rares, les départements à avoir fait les efforts financiers pour rendre attractifs ces emplois (2 à notre connaissance)… Mais dans ces cas là les médecins sont bien présents au rendez vous !… Oui, il y a des déserts médicaux, mais chaque année de nouveaux médecins sortent des universités sur le marché de l’emploi et se tournent vers les emplois les plus attractifs… Comment prétendre à un quelconque recrutement à l’Éducation nationale face aux nombreuses offres de médecine salariée beaucoup plus attractives ?

Actuellement, plutôt que de chercher à nous recruter, le ministère de l’Éducation externalise nos missions vers la médecine générale. Celle ci à fort à faire en matière de prévention avec d’autres populations (celle des séniors, des séniors plus, de ceux qui ne sont plus dans le système scolaire et universitaire…). Ces médecins, débordés par le curatif, ayant des missions nouvelles de prévention avouent ne pas vouloir s’emparer de nos missions, non formés à celles-ci et au contexte de l’école.

Qu’est devenu notre métier ? Quelle utilisation par l’administration de notre expertise clinique au détriment des besoins de santé des élèves. Quelle utilisation de notre formation à l’Ecole des Haute Etudes de Santé Publique qui nous prédestinait à la formation des personnels de l’éducation nationale, à la méthodologie de projet en faveur de la santé des populations élèves, à la construction de l’école bienveillante, à l’expertise clinique pour faire face aux besoins des élèves pour contribuer à leur réussite et à leur épanouissement ?…

Plutôt que subir, agissons !

Toutes les instances et rapports se sont émus depuis ces 15 dernières années de la disparition des médecins scolaires, se tournant alors vers l’éducation nationale pour y faire face… Mais rien n’y fait ! Comment croire encore que c’est de ce ministère que viendra notre salut et la préservation de notre profession ?

Les politiques actuelles visent à diminuer le nombre de fonctionnaires : quelle belle occasion !  Le dernier rapport nous concernant (note d’information n° 1234 du 12.10 .2018 de l’Assemblée nationale) fait état d’une formation à l’EHESP contraignante et freinant la motivation des médecins pour devenir médecin scolaire… Il y a fort à parier que la FST (formation de spécialité transversale) de médecine scolaire, créée en 2017, dispensée en option par les facultés de médecine lors du 3ème cycle des études médicales, sera la seule formation restante. L’éducation nationale n’aura plus qu’à employer ces médecins généralistes formés à la santé scolaire, offrant enfin, il est vrai, aux médecins la possibilité d’un emploi mixte, leur permettant ainsi de conserver le droit de prescription et la spécialité médicale d’origine : tout le monde semble y gagner !

Car actuellement sans droit à la prescription médicale, sans actes cotés reconnaissant la nature de l’expertise, nous ne sommes reconnus ni par le Conseil National de l’Ordre des Médecins qui ne nous a placé dans aucune des spécialités existantes, ni par la Caisse primaire d’assurance maladie (organe clé de l’activité médicale), ni finalement par le ministère de la santé. Il semble que puisque nous sommes employés par l’éducation nationale, on ne nous reconnaît pas l’exercice de la médecine. Notre activité reste invisible et ne rapporte rien aux yeux des financeurs et des décideurs des politiques publiques !

La nouvelle stratégie nationale de santé faisant de la promotion de la santé et de la prévention un objectif prioritaire va peut-être faire évoluer les choses ?

En tout cas, s’il est permis à de jeunes confrères d’exercer la médecine générale ou pédiatrique avec une FST de médecine scolaire, on peut craindre leur utilisation par le ministère de l’éducation nationale comme  prestataires de services répondant aux seules obligation administratives et la disparition du service public constitué par le corps des médecins titulaires qui assurait de façon permanente et conjointe la santé communautaire et individuelle  des élèves et la construction toujours en cours de l’école bienveillante.

Le SNAMSPEN /Sgen- CFDT revendique aujourd’hui devant les risques de la disparition d’un service public pourtant reconnu :

  • La fin d’une tutelle unique (qu’elle soit exercée par l’éducation nationale ou transmise aux collectivités territoriales) : elle ne donne pas aux professionnels les moyens d’exercer la médecine scolaire conformément aux enjeux et objectifs de santé qui font le cœur de notre métier ;
  • La nécessaire implication du ministère de la santé, des ARS, pour gérer, piloter, financer, les ressources humaines médicales mises à disposition de l’Éducation nationale pour accomplir les missions prévues de ces personnels et contribuer pleinement aux priorités de prévention inscrites en interministériel ;
  • Le maintien d’un service public de qualité en faveur de l’épanouissement des élèves et de la communauté éducative avec des agents titulaires de la fonction publique et à défaut des agents contractuels, parfaitement formés à la santé scolaire, afin de maintenir une réelle qualité de service public rendu aux élèves et à leurs familles ;
  • Un statut de médecin de prévention et promotion de la santé réellement revalorisé, conformément à l’importance donnée à cet axe par la stratégie nationale de santé. Nous demandons dans ce cadre
    • La reconnaissance de l’expertise et la formation particulière des médecins exerçant dans le champ de la prévention et promotion de la santé en faveur des familles, enfants et adolescents ;
    • Le droit de prescrire dans le cadre des activités de prévention : le médecin qui travaille exclusivement au service de la santé des élèves doit pouvoir prescrire ;
    • La reconnaissance des actes réalisés au même titre que ceux réalisés en PMI, à l’hôpital ou en cabinet ;
    • La possibilité d’exercer nos missions au profit de l’élève et de sa famille, soit dans un centre médico scolaire parfaitement équipé et identifié par les usagers et l’école, soit dans d’autres structures mieux repérées et équipées (centre municipal de santé, hôpital, CMP,CMPP, MDA,…) sans que ne soit remis en question le statut du  professionnel (intérêt de la tutelle interministérielle…)
  • La reconnaissance d’un service de prévention unifié et articulé entre PMI et médecine scolaire au service de la famille des enfants et des adolescents pour leur épanouissement et leur intégration réussie dans le système scolaire. Les contours avec les CMP, CMPP, MDA pourraient utilement être définis. Le service pour les 0-18 ans ainsi constitué serait le bras armé de la nouvelle stratégie de santé en matière de prévention et promotion de la santé pour cette population, acteurs complémentaires de nos collègues médecins généralistes qui ont à charge toutes les autres populations.
  • La redéfinition des compétences et limites de chaque professionnel quant il s’agit d’œuvrer pour la santé des enfants et des adolescents : le référentiel métier de chaque acteur intervenant au sein de l’école doit être clarifié dans ce domaine pour une organisation lisible et cohérente au sein des écoles.
    • Le pilotage local de la promotion de la santé et des parcours éducatifs en santé doit être assuré avec cohérence de la maternelle au lycée avec tous les acteurs de la promotion de la santé dans et en dehors des établissements scolaires.
    • Il ne peut dépendre du seul bon vouloir du chef/directeur d’établissement qui n’est maitre que de son établissement.
    • Un pilotage assuré par un professionnel ayant une bonne connaissance des acteurs, de tous les milieux scolaires du bassin de vie et de leurs problématiques, formé à la méthodologie de projet et à la santé publique est indispensable pour impulser de la cohérence, et déployer utilement les étudiants en service sanitaire.
  • Enfin et surtout, la défense de notre exercice professionnel afin qu’il soit exercé dans un contexte de qualité de vie au travail et de service public rendu. Il comporte :
    • Les missions cliniques individuelles et communautaires en interaction avec le milieu scolaire,
    • Les projets de santé publique en faveur de l’amélioration de l’accès aux soins via un état des lieux des demandes de soins non satisfaites,
    • La contribution au développement de l’éducation à la santé et à la littératie en santé au sein de l’école,
    • La protection avec le diagnostic des troubles des apprentissages et des comportements, le plus précocement possible, et l’accompagnement vers les soins  adaptés, un droit à faire respecter pour chaque enfant,
    • L’accompagnement des enfants, familles et enseignants quand il y a  maladie ou handicap pour une scolarité la plus harmonieuse possible,
    • La formation des personnels pour permettre de prendre en compte les différences de fonctionnement cognitif liées aux problématiques médicales personnelles,
    • La recherche grâce à la possibilité d’utiliser un logiciel médical ergonomique et parfaitement adapté aux règles déontologiques de l’exercice médical, nous permettant d’exploiter les données de nos consultations dans le respect des droits des usagers.

Finalement :

–       Médecins considérés par le code de la santé comme offreurs de soins : nous en demandons la reconnaissance et l’appartenance à un service comprenant une organisation formalisée par des pratiques conformes, notamment pour les collaborations avec nos collègues infirmiers, à un cahier des charges fixé par un arrêté du ministre chargé de la santé.

–       Nous demandons  à être reconnus comme faisant partie d’une équipe de soin (puisque nous sommes des offreurs de soins au yeux du code de la santé publique). L’équipe de soin se définie (article 1110-12 du code de la santé) comme un ensemble de professionnels participant directement au profit d’un même patient à la réalisation d’un acte diagnostique, thérapeutique, de compensation du handicap ou de prévention de perte d’autonomie ou aux actions nécessaires à leur coordination. Nous demandons donc : le droit à l’exercice mixte, le droit à la prescription dans le cadre de nos actes de prévention, la revalorisation de notre salaire afin qu’il soit attractif et valorisant l’expertise.

L’ensemble des missions des médecins scolaires définies par la circulaire n° 2015-118 du 10-11-2015 font de la médecine scolaire un métier riche, passionnant, au carrefour du médical, sociétal et de l’éducatif.

Le travail partenarial est au cœur des pratiques de la médecine scolaire comme il est au cœur de la nouvelle stratégie nationale de santé.  Il faut néanmoins pour cela que la lisibilité des expertises de chaque acteur soit rendue visible, tant en définissant nationalement les métiers et compétences, qu’en faisant respecter localement les expertises. Il faut également et dans le même temps qu’une coordination (assurée par des professionnels formés aux techniques d’animation, à la santé publique et à la gestion des ressources humaines) puisse se décliner à tous les niveaux de décision.

Si vous êtes en accord avec nos revendications,  et notre profession de foi, lors des prochaines élections professionnelles, donnez le pouvoir d’agir au SNAMSPEN/Sgen-CFDT en votant pour ses représentants pour dialoguer avec l’administration.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus
le SGEN-CFDT près de chez vous
Suivre le SGEN-CFDT sur les réseaux sociaux