Médecine scolaire, le directeur de la DGESCO répond aux députés et à la cour des comptes…

Médecine scolaire, le directeur de la DGESCO répond aux députés et à la cour des comptes : un simple exercice de style ! Les faits restent ce qu’ils sont : le Ministre refuse l’abondement du budget en faveur des médecins de l’éducation nationale !

médecine scolaire - les réponses du DGESCO aux questions des députés et de la Cour de Comptes

Médecine scolaire : audition du directeur de la DGESCO, monsieur Édouard Geffrey

Mercredi 29 septembre 2020, Monsieur Edouard Geffray directeur de la DGESCO était auditionné par un groupe parlementaire présidé par Madame Marie Tamarelle-Verhaeghe (Députée soutenant particulièrement la médecine scolaire et la santé à l’école) et par la cour des comptes qui a rendu son rapport sur la médecine scolaire le 27 mai 2020.

La cour des comptes s’est exprimée au cours de cette audience :

  • L’importance de créer un service de santé scolaire et de rétablir le binôme infirmier-médecin propre à tout service de santé a été réaffirmée.
  • L’importance de « rémunérer les médecins de l’Éducation nationale contre un pilotage sous l’autorité d’un chef de service » a été notée.
  • La revalorisation des salaires de manière à aligner le régime indemnitaire des médecins scolaires sur celui des médecins inspecteurs de santé publique est une dépense a dit la Cour des comptes, tout à fait envisageable dans les dépenses budgétaires vu ce que cela couterait après calcul fait.
  • La santé des élèves suivant les pays est soit l’affaire des collectivités, soit l’affaire du ministère de la santé : en France, c’est le ministère de l’Éducation nationale, donc c’est à ce ministère de remédier à ces déficits en décloisonnant les personnels, en contractualisant avec les ARS, les médecins généralistes,…
  • Il est proposé de coordonner le service de médecine scolaire localement par un personnel administratif, ce qui empêcherait toute tension de hiérarchie (comprenons, pas de hiérarchie entre infirmier et médecin, ce qui est souhaité par tous les acteurs de santé).
  • La nécessité de trouver un outil de liaison entre professionnels reste indispensable : le DMP est en cours de développement.
  • Il est nécessaire de travailler avec les collectivités pour assurer l’existence de centres médico-scolaires et assurer par ailleurs les postes de secrétariat (le problème est aussi bien le bâti, que les frais de fonctionnement dont on n’a pas déterminé jusqu’à présent qui devait les assurer puisque la santé scolaire concerne le 1er degré (Commune), les collèges (Département) et les lycées (Région).
  • La création d’un conseil de santé scolaire, visant à défendre une déontologie, et à recueillir l’activité annuelle est une proposition.
  • Est avancé, comme une mesure d’attractivité pour les médecins scolaires, la possibilité de créer un corps interministériel de médecin de santé publique ouvrant plus largement l’horizon des carrières.

Les députés siégeant à cette commission ont aussi défendu l’exercice des médecins scolaires et interrogent le ministère :

  • L’attractivité va au-delà des seuls problèmes de salaires.
  • La non réalisation des bilans de 6 ans reste une question à part entière : que fait-on pour le diagnostic précoce des troubles neurodéveloppementaux, véritable source de handicap ?
  • Quel serait le rôle possible d’infirmières municipales ?
  • Quels est le rôle des médecins scolaires dans la contraception ?
  • Outre un logiciel mettant en relations les acteurs, il a été noté la nécessité que les acteurs sachent travailler ensemble.
  • Les actions de la santé scolaire doivent s’inscrire dans les contrats locaux de santé pour d’une prise en compte de tous les parcours en faveur de la santé : école, activités périscolaires sportives et culturelles.

La présidente de la commission, la députée Marie Tamarelle-Verhaeghe, a insisté sur des points cruciaux, rejointe sur ces questions par d’autres députés :

  • Dans la crise COVID, les personnels de santé ont souffert d’une absence de clarification de leur rôle et de leur positionnement par rapport aux ARS.
  • Finalement devant l’ensemble de toutes les missions, y a-t-il un pilotage : comment prioriser, comment faire travailler ensemble les personnels ?
  • La notion de service de santé scolaire semble émerger alors que nous en avions déjà fait la proposition à travers un amendement lors de l’étude de la Loi de confiance : il a été refusé (pour mémoire, le SNAMSPEN/Sgen-CFDT avait fait la proposition de la création de ce service de santé scolaire, lors de son audition en 2019 auprès de la députée).
  • Il est question de décentralisation, où en est-on de cette idée ?
  • Enfin il est question du nouvel arrêté, en cours de validation, concernant les visites médicales obligatoires à 3, 6 et 12 ans : y a-t-il eut concertation avec les professionnels ? Ont-ils bien été associés ?
  • Pour les visites médicales pour travaux réglementés en lycées professionnels, l’expertise médicale spécifique n’est-elle pas à prioriser pour d’autres missions ?
  • Que proposer pour rendre l’attractivité des postes ?

La première prise de parole de Monsieur Geffray a été pour noter toute l’importance des personnels de santé scolaire dans la gestion de la crise COVID. Il a aussi noté l’importance de ces personnels bien au-delà des seuls bilans de santé.

Redynamisation de la santé scolaire

Au sujet de la redynamisation de la santé scolaire, Monsieur Geffray a dit que c’était une ambition partagée par le ministre mais qu’il fallait dépasser les contraintes consistant à prendre en charge 20 % de la population dans 60 000 implantations. Il y a un problème de distances et de moyens pour permettre de travailler en concertation.

Finalement, a-t-il dit, c’est plus un problème du « quoi » que du « comment ». En ce qui concerne le quoi, il s’agit de l’accomplissement d’une scolarité avec un certain bien être avec comme support selon lui, les thèmes habituels de l’éducation à la santé : alimentation, hygiène, activités sportives, et accessibilité à l’école (PAI, PAP et PPS).

De notre point de vue de médecin scolaire, le « quoi » est ce pour quoi nous mobilisons toute notre expertise spécifique, c’est avant tout de révéler et faire valoir la prise en compte par l’école, des besoins particuliers des élèves afin que l’école inclusive soit réellement bien traitante. Laissés en sous-effectif, les médecins scolaires ne sont plus sollicités systématiquement par les équipes éducatives pour des décalages d’apprentissages ou pour le diagnostic de difficultés scolaires durables pour chaque enfant confronté au milieu scolaire. C’est souvent au stade d’échec scolaire, de mal être et de handicap que nous sommes appelés à voir les élèves ou alors à les revoir tardivement, faute de n’avoir pu s’assurer d’une évolution favorable après un accès réel aux soins préconisés à un moment, le plus tôt possible.

PIAL

Monsieur Geffray a fait mention des PIAL (pôles inclusifs d’accompagnement localisés) qui réunissent l’ensemble des personnels de santé autour du handicap.

Nous aurions certainement bien voulu dans les faits y être associés et participer à la définition des besoins et des moyens en faveur des élèves présentant un handicap en apportant parfois un autre regard sur les décisions de priorisation des besoins mais force est de constater que les médecins et les infirmières ne sont pas associés aux concertations des PIAL !

Monsieur Geffray se défend lorsque l’on fait remarquer qu’il n’y a pas de pilote dans l’avion de la médecine scolaire, en disant que si, il y a bien un pilote dans l’avion avec une « unité de chaine de décision » (comprenons une organisation verticale et descendante) avec un médecin au ministère, dans les rectorats et enfin aux départements. Il oublie malheureusement qu’il n’y a plus de personnels à tous les étages (nombreux départements sans MCT par exemple) et qu’il n’y a aucun retour ni prise en compte des médecins de secteurs, confrontés à l’exercice médical et aux difficultés d’application des circulaires, vers ce médecin qui pilote.

Attractivité

En ce qui concerne l’attractivité, Monsieur Geffray a consenti au fait que le taux d’occupation des postes était anormalement bas mais qu’il existait une pénurie médicale. Il a énoncé les mesures précédemment faites de majoration progressive du taux de passage en 1ère classe, la création d’un troisième grade et la revalorisation du régime indemnitaire ayant eu lieu en 2015.

Il a noté la difficulté de recrutement (mais sans politique salariale volontariste, attractive et sans fonctionnement en service de santé, il est impossible de recruter !), le temps nécessaire à la formation d’un médecin, comptant sur la FST de médecine scolaire (seuls 30 postes sont ouverts à la formation sur tout le territoire mais, à ce jour, aucun inscrit à cette FST !).

Cloisonnement des personnels

Pour répondre au cloisonnement des personnels, il a dit que l’intérêt d’un vrai service de santé scolaire était un concept qui emportait l’adhésion avec une coordination respectant toutes les expertises, en notant qu’il devait exister une coordination locale et que le partage d’informations devait se mettre en place, notamment à travers un nouvel outil appelé DIAPASON permettant de mettre en relation infirmiers, médecins, psychologues et AS. Il a cependant noté la difficulté de travailler ensemble sur de multiples sites.

Missions chronophages

Pour les missions chronophages représentées par les visites médicales des mineurs pour travaux réglementés en LP, et pour faire face à la pénurie de médecins scolaires, Monsieur Geffray évoque le recours à des médecins généralistes, mais met en avant la formation particulière des médecins de l’Éducation nationale rompu au milieu scolaire. Cette expertise toute spécifique ne devrait pas être utilisée systématiquement et sans raison, mais bien pour des consultations en faveur des enfants et adolescents en grandes difficultés scolaires ou à besoins éducatifs particuliers ou ne s’adaptant pas ou mal au milieu scolaire, comme les députés l’ont souligné.

Monsieur Geffray a en tout cas bien noté publiquement que la cour des comptes invitait le ministère à la dépense en faveur des médecins de l’éducation nationale (3 millions d’euros) et qu’il était rare qu’une telle instance pousse ainsi aux dépenses !

Décentralisation

Sur la décentralisation, c’est la cour des comptes qui a précisé son avis à l’encontre d’une mesure qui viserait à transférer la santé scolaire aux collectivités avec le grand risque que les missions non remplies par la PMI, sous la tutelle des collectivités, soient basculées sur la santé scolaire. Or ce n’est pas le but : la santé scolaire a ses propres missions !

Le ministère de l’éducation nationale n’a pas répondu quant au dialogue social avec les professionnels concernés sur le projet de décret visant les visites médicales obligatoires (décret de 2015 en cours de modification). Le projet de décret est déjà passé à la validation par différentes instances, sans qu’il n’y ait eu de concertation avec les professionnels concernés avant : pourtant il est question que la visite médicale soit effectuée par les acteurs de l’Éducation nationale, en lieu et place de la PMI, dès lors que la PMI ne pourra pas assumer la visite.

Madame la députée Tamarelle-Verhaeghe, présidente de la commission de la santé à l’école insiste : les visites médicales du médecin de la PMI s’articulent avec un temps d’examen de l’infirmière de PMI. Qu’en sera-t-il si cette visite médicale revient au médecin de l’Éducation nationale ? Elle demande que le projet soit clarifié sur ce point !


Mises à jour des revendications du SNAMSPEN/Sgen-CFDT devant ce nouvel éclairage et les discussions concernant la programmation de la loi de finances pour 2021 (PLF21) en cours de vote.

La santé scolaire semble bien devoir rester dans le giron de l’Éducation nationale. Depuis cette audience du directeur de la DGESCO,  les faits laissent à penser que le ministère de l’Éducation nationale fait fi des remarques des députés et de la cour des comptes en faveur d’une véritable réorganisation :

  • La création d’un service de santé scolaire s’annonce politiquement sensible. Lors d’un RDV syndical commun infirmiers/médecins en date du 23 octobre, l’administration de la DGRH a réaffirmé : il n’y aura pas de service de santé !

La peur d’un éventuel « pouvoir » médical ressenti au sein de l’Éducation nationale aura raison des priorités de santé et de réussite en faveur de tous les élèves. Le « Doctor Bashing » est décidément en vogue à l’Éducation nationale et on voit bien que cette profession gène au cœur de la cité de l’enseignement et du savoir !

  • Le 28 octobre 2020, le ministre vote contre l’amendement permettant d’octroyer un budget de 3 millions pour sauver le corps des médecins de l’éducation nationale, alors que la cour des comptes a enjoint ce ministère à faire cette dépense tout à fait raisonnable dans son budget. C’est quand même rare, comme cela a été noté à l‘assemblée nationale par M.Geffray, que la cour des comptes appelle à la dépense !

La communication du ministre ne cesse de donner des informations erronées au public concernant les médecins chargés de la santé des élèves !

Il n’y a aucune politique de recrutement des médecins à l’Éducation nationale dès lors que les salaires restent volontairement plafonnés. Ils restent indécents au regard du nombre d’année d’études, des responsabilités et des salaires usuels de la profession. Les budgets versés (par le ministère aux rectorats sur les postes vacants) permettraient de recruter, mais le ministère et/ou les rectorats préfèrent les employer à d’autres postes : le droit à l’égalité des chances pour chaque élève, en s’assurant des diagnostics médicaux posés et de l’accès aux soins dès lors qu’il y a entrave à la réussite scolaire, n’est décidément pas le problème de ce ministère. Celui-ci creuse ainsi manifestement les inégalités sociales et territoriales que nous, médecins scolaires, avions à charge de contribuer à réduire.

L’augmentation des indemnités de sujétions spéciales en 2015, puis le passage au Rifseep à partir de 2016 avec une IFSE revalorisée tous les 3 ans comme pour tous les agents de la fonction publique, reste inférieure de 40 % à celles des médecins des ARS : pourtant nous assurons actuellement le travail de santé publique des ARS, notamment dans la réalisation du contact tracing en milieu scolaire (personnels et élèves) lié à l’épidémie de SARS-CoV2 en cours.

La création d’un 3ème grade impose à ce corps deux tableaux d’avancement alors que les autres personnels de catégorie A+ n’en ont qu’un (chefs d’établissements par exemple) : le goulet d’étranglement existant à 2 reprises concourt au renforcement de la dévaluation de la profession et empêche d’accéder à un salaire qui pourrait être attractif rapidement dans la carrière.

Nous attendons de notre ministère la prise en compte de la détresse des médecins sur les secteurs, ou dans les administrations où les MCT connaissent d’autres difficultés.

Nous demandons un plan d’extinction ou de réhabilitation à très court termes tant les risques psychosociaux sont présents.

De nombreuses instances alertent depuis plus de 10 ans sans réaction du ministère qui laisse la situation pourrir, ce qui provoque le départ volontaire de médecins qui sont à bout, alors qu’ils sont dévoués à ce métier !

Monsieur le Ministre veuillez préciser clairement votre position : si votre volonté est d’éteindre le corps, merci de le faire dans le respect de la dignité et la santé des personnels.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 06 15 13 68 87 pour le 2A / 06 78 97 29 05 pour le 2B
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 6, Rue Mon Désert - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus