Sgen-CFDT dans les médias du 26 au 30 mars

Publié le vendredi 30 mars 2018 par Bineta N'diaye, attachée de presse

Revue de presse

30 mars

20 MINUTES repris par LE MONDEHuffingtonpost , CHALLENGES, LIBERATION, LA DEPECHE

Universités: Les tensions et les blocages se poursuivent

« Pour le moment, le mouvement reste très localisé sur certains sites, avec des motivations différentes. La situation est en constante évolution », déclare Franck Loureiro, secrétaire général du Sgen-CFDT, première organisation du personnel de l’enseignement supérieur.

Une procédure « classique » lors des mobilisations étudiantes, selon Franck Loureiro, du Sgen-CFDT, qui évoque « une grande majorité silencieuse qui veut avoir cours et passer ses examens, et une minorité agissante ».

Il juge « imprévisible » la suite du mouvement mais craint une exacerbation des tensions, alors qu’approchent les examens prévus fin avril et courant mai. « Il risque d’y avoir des tensions entre ceux qui veulent passer leurs examens et ceux qui bloquent les salles. C’est dans ces moments-là que la situation peut déraper », dit-il.

BFMTV

La tension monte dans les universités françaises

« On profite de ce qui se passe pour agglomérer les luttes, c’est un phénomène assez classique », résume Franck Loureiro, co-secrétaire général de le Sgen-CFDT, également favorable à la loi.

La Sgen-CFDT en appelle à Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, et souhaite la création d’un comité de suivi de la mise en œuvre de la loi, « pour s’assurer qu’effectivement certains établissements ne profitent pas de loi ORE pour mettre en place un système de sélection. »

AEF

Investissement pédagogique des enseignants-chercheurs : la CPU veut revoir la référence aux 192 heures en présentiel

Franck Loureiro, secrétaire général adjoint du Sgen-CFDT, se dit « plutôt satisfait de la volonté exprimée par la ministre d’aboutir sur ce dossier ». « Mais nous attendons maintenant de voir quelles seront les conclusions de cette concertation ». Il sera vigilant à la question de la répartition des 8 M€ sous forme indemnitaire, qui ne doit pas se faire « au bon vouloir des présidents » : « Comment va-t-on parvenir à objectiver l’investissement pédagogique ? L’inspection pendant les cours, comme dans le secondaire ? Cela ne veut rien dire de la qualité d’un enseignant. Par l’évaluation par les étudiants ? Ce sujet a toujours été très sensible… Il faudra trouver d’autres moyens. »

Interrogé sur le départ des syndicats Snesup-FSU, Ferc-Sup-CGT et SUD-Éducation avant le débat de la concertation, au nom de leur opposition à la loi ORE , Franck Loureiro ne cache pas sa surprise : « On mélange tout. Ce départ a été plutôt mal perçu par les présents. Au moment où nos collègues vont commencer à mettre les mains dans le cambouis, on ne peut pas négliger cette question de l’indemnitaire ! »

NOUVELS OBS

Incidents et blocages, la colère gagne les universités

« Pour le moment, le mouvement reste très localisé sur certains sites, avec des motivations différentes. La situation est en constante évolution », déclare Franck Loureiro, secrétaire général du Sgen-CFDT, première organisation du personnel de l’enseignement supérieur.

Une procédure « classique » lors des mobilisations étudiantes, selon Franck Loureiro, du Sgen-CFDT, qui évoque « une grande majorité silencieuse qui veut avoir cours et passer ses examens, et une minorité agissante ».

 

29 mars

L’ETUDIANT

Parcoursup : des algorithmes locaux pour remettre de l’ordre

Si les enseignants partent du principe qu’ils auront le haut de leur classement, qu’ils donnent beaucoup de ‘oui, si’, avec les désistements des lycéens, cela pourrait se produire », observe Franck Loureiro, cosecrétaire général du Sgen-CFDT. Tout en nuançant son propos : « Cela ne pourrait concerner que certaines formations dans une université et, dans ce cas, il faudra concentrer les moyens sur ces filières pour mettre en place cet accompagnement. »

Un appel « inconscient » pour le Sgen-CFDT. « Si l’on ne procède qu’à un classement et qu’il n’y a pas de ‘oui, si’, on oublie toute la partie accompagnement de la réforme, nécessaire aux étudiants en difficulté en L1 », pointe Frank Loureiro.

AFP

Incidents et blocages dans les universités tandis que les examens approchent

Une procédure « classique » lors des mobilisations étudiantes, selon Franck Loureiro, du Sgen-cfdt, qui évoque « une grande majorité silencieuse qui veut avoir cours et passer ses examens, et une minorité agissante ».

Bien public

Maternelle obligatoire : « une mesure de communication » selon le Sgen-CFDT Bourgogne

Mardi, Emmanuel Macron a annoncé que l’école serait obligatoire dès 3 ans en France à partir de la rentrée 2019. Une mesure qui suscite des interrogations du côté du syndicat Sgen-CFDT Bourgogne.

Dans un communiqué, l’organisation estime tout d’abord que cette position est « avant tout une mesure de communication puisque plus de 80 % des enfants de cet âge fréquentent déjà l’école ». Avant de prévenir : « Cette mesure ne pourra se faire que si elle est financée, et ne sera utile et efficace que si des transformations de l’école maternelle s’opèrent. Le Sgen-CFDT revendique des classes moins chargées (les classes à 30 élèves ou plus sont trop nombreuses en Bourgogne) et une meilleure reconnaissance salariale pour les assistantes maternelles, souvent en situation de précarité. » Et le syndicat de « rappeler ses revendications pour la petite enfance, de la naissance à la maternelle pour permettre à chaque enfant de réussir sa scolarité et pour garantir de bonnes conditions de travail.aux professionnels de la petite enfance ».

AEF

Instruction obligatoire à 3 ans : des syndicats s’interrogent sur les déclinaisons concrètes et les moyens

Le Sgen accueille lui aussi positivement l’annonce de scolariser tous les enfants dès 3 ans « mais pas à 30 par classe ». Le syndicat souligne que la moyenne nationale de 22 élèves par enseignant « cache une grande hétérogénéité » et rappelle que la moyenne européenne est de 13 enfants par enseignant.

AEF

« Reconnaissance de l’activité de formation » des enseignants-chercheurs : les enjeux de la concertation qui s’ouvre demain

L’indemnitaire hors sujet ? Stéphane Leymarie ajoute que le sujet est celui de la reconnaissance dans la durée, et donc dans « la carrière » : « L’indemnitaire est donc hors sujet », selon lui. Franck Loureiro demande aussi que le ministère aille au-delà de l’indemnitaire (« qui peut être une réponse aux besoins immédiats »), en s’engageant sur une reconnaissance « dans la durée ».

Élargir la concertation aux Prag ? Pour le Sgen-CFDT, « la discussion devra aussi porter sur les enseignants (Prag, PRCE, Prec) ».

Quels sont les leviers possibles ?

8 M€ pour 2018

Pour mémoire, la ministre Frédérique Vidal a d’ores et déjà annoncé que près de 8 M€ seraient destinés à l’indemnisation des enseignants-chercheurs dans le cadre de la mise en place de la nouvelle loi ORE : 5,70 M€ dans un premier temps, auxquels se sont ajoutés 2 M€ obtenus auprès de Matignon dans un second temps .

Voici les différents leviers envisagés par les syndicats interrogés par AEF :

  • La solution « maximale », correspondant aux mandats du Sgen-CFDT et de Sup’Recherche-Unsa : « la fusion des corps de maître de conférences et de professeur », avec des paliers à franchir. « Tout le monde aurait ainsi les mêmes perspectives de carrière, avec la possibilité d’accéder au grade le plus élevé », plaide Stéphane Leymarie. Une option que rejette absolument Michel Gay, qui l’estime « contraire au métier d’EC, avec un risque de diminution des deux missions ».
  • Le mandat du Snesup-FSU, lui, est de baisser les obligations statutaires à 125 h pour les EC (contre 192 h aujourd’hui) et 250 h pour les Prag (contre 384 h aujourd’hui). « Il ne s’agit pas de revendications hors-sol. Cela nous rapprocherait de nos collègues canadiens ou belges », appuie Hervé Christofol.
  • « A minima », pour l’Unsa et le Sgen-CFDT : ajouter une classe exceptionnelle au corps des MCF afin de réduire les différences entre les deux corps. Et décontingenter l’accès à la hors échelle B de la hors classe des MCF (comme ce qui existe pour les professeurs).
  • Une autre possibilité « intermédiaire » : la création de voies d’accès spéciales au corps de professeurs pour les MCF investis dans l’accompagnement des étudiants, « en essayant de dépasser les barrages notamment du CNU qui focalise toujours sur la qualité du dossier scientifique », plaide l’Unsa.
  • Franck Loureiro soulève, lui, la question de « l’accès aux CRCT« . Le Sgen-CFDT propose d’en flécher une partie sur les EC qui s’investissent dans la formation tout en pouvant en faire un objet de recherche ou de « recherche-action ».
  • Autre possibilité : des dispositifs d’accélérateur de carrière, à l’image de ce qui existe dans l’enseignement secondaire (réduire la durée des échelons pour les EC investis dans la formation…).
  • Le Sgen-CFDT appelle aussi à revoir le référentiel des tâches des EC pour davantage reconnaître certaines activités, sous forme d’heures complémentaires ou de décharge horaire. « Pour nous, le sujet est celui de la qualité de vie au travail : avec la multiplication des tâches, les gels de postes et l’augmentation des effectifs étudiants, bon nombre de collègues, épuisés, ne peuvent plus prendre d’heures complémentaires. Il faut réfléchir à des décharges et donc à des recrutements », insiste Franck Loureiro. Michel Gay (SupAutonome-FO) ajoute que l’un des problèmes réside dans « la grande disparité entre établissements » en matière de référentiel et de primes.
  • Enfin, le Sgen-CFDT voudrait que la réflexion s’ouvre sur la HDR (Habilitation à diriger des recherches) : « Il y a aujourd’hui de telles disparités entre disciplines et entre établissements au sujet de la définition même de la HDR qu’il nous semble urgent de mettre les choses à plat afin de faire cesser de vraies injustices. Par ailleurs, nous alertons sur le nombre de MCF HDR qui n’arrivent pas à passer professeurs. »

 

28 mars

Orientation et Education

Classements des lycées, une course à la concurrence

En effet, si les classements peuvent être perçus par certains comme une nécessité pour choisir le meilleur lycée, d’autres, notamment les professeurs, ne semblent pas du même avis. C’est le cas de Sophie Santraud, professeure de SVT. Selon elle, les classements sont « inutiles, on se demande quel est l’objectif, à part faire vendre du journal », s’indigne-t-elle.

D’ailleurs, même si ce système de concurrence n’est pas nouveau, les classements ont tendance à renforcer le phénomène. « Les établissements publics et privés ont toujours été en concurrence et c’est normal car les deux ne fonctionnent pas de la même manière. Mais depuis plusieurs années, les lycées publics eux-mêmes entrent en concurrence les uns avec les autres et ça ne devrait pas exister », estime Sophie Santraud.

D’après la professeure, les palmarès poussent les établissements « à se faire la guerre » pour des raisons financières. « Aujourd’hui, les lycées veulent le plus d’élèves possible car plus les effectifs sont importants, plus ils obtiennent des moyens financiers. S’ils peuvent choisir les meilleurs élèves c’est encore mieux », explique-t-elle. Ce système a donc poussé les établissements à se livrer une véritable guerre marketing, certains proposant des options très pointues comme l’apprentissage du chinois pour attirer le maximum d’élèves.

Or, même si les lycées sont mis en concurrence, difficile pour les parents et les élèves de choisir celui qu’ils préfèrent. « A priori, ils peuvent choisir mais il y a des critères fixés par l’inspection académique », admet Sophie Santraud. Certains parents jouent même le jeu des options pour que leur enfant intègre un établissement spécifique « mais ils n’y arrivent pas forcément », reconnait la professeure. Dans les faits, le recteur sélectionne les élèves au cas par cas, l’école n’a pas vraiment son mot à dire.

Les classements ne pourraient donc pas totalement influencer le choix des parents et des lycéens. D’autant que cela ne concerne qu’une minorité de familles. « Il y a quelques parents qui se tiennent très informés des classements ou qui sont très inquiets pour leur enfant mais en réalité ils sont très peu nombreux, le classement n’a pas de réelle incidence sur eux », ajoute Sophie Santraud.

27 mars

Vousnousils

Scolarisation obligatoire à 3 ans : « pas une mesure particulièrement utile » (Snuipp-FSU)

Du côté du Sgen-CFDT, la réaction est aussi plutôt mitigée. « C’est une décision unilatérale du ministère, qui ne résulte pas du tout d’un dialogue social », a affirmé son secrétaire fédéral Dominique Bruneau, ce matin sur RMC. « On a l’impression d’une mesure qui a été prise, sans avoir tenu compte de toutes les conséquences de cette mesure ».

AEF

Instruction obligatoire à 3 ans : des syndicats s’interrogent sur les déclinaisons concrètes et les moyens

Le Sgen accueille lui aussi positivement l’annonce de scolariser tous les enfants dès 3 ans « mais pas à 30 par classe ». Le syndicat souligne que la moyenne nationale de 22 élèves par enseignant « cache une grande hétérogénéité » et rappelle que la moyenne européenne est de 13 enfants par enseignant.

ALSACE.FR

« Raccrocher » des jeunes qui ne sont pas des élèves

Un colloque a été organisé par le syndicat Sgen-CFDT, en présence de Bernard Gerde, cofondateur du collège-lycée élitaire pour tous, le Clept à Grenoble, un établissement innovant dans le « raccrochage scolaire ».

Comment aider et accompagner les jeunes en rupture scolaire, mais aussi les équipes éducatives… Tel était le thème d’un colloque du syndicat Sgen-CFDT auquel ont assisté environ 300 personnels de l’éducation nationale, lundi à Wittenheim et hier à Strasbourg, en présence notamment de Bernard Gerde, venu partager son expérience et son expertise de cofondateur, avec Marie-Cécile Bloch, du Clept (collège-lycée élitaire pour tous), un établissement innovant dans le « raccrochage scolaire » à Grenoble.

Si des jeunes quittent l’école sans diplôme (ils sont environ 2000 actuellement dans l’académie de Strasbourg), c’est parce qu’ils n’y trouvent pas leur place, a-t-il rappelé il faut donc la leur donner, en leur accordant le droit à l’erreur et le temps nécessaire pour accéder aux connaissances. « Une normalisation des comportements scolaires et une normativité des savoirs » font que ces adolescents ne peuvent pas être des élèves au sens qu’en attend l’institution. Plus que des décrocheurs, « i ls n’ont jamais été accrocheurs ». « Il y a eu une massification de l’école dans les années 80, ce qui était une belle ambition, mais sans que le fonctionnement ne change , a-t-il développé. L’école reste élitiste, ce n’est pas une démocratisation du savoir, c’est une démographication. Les lycées professionnels sont en tête du hit-parade du décrochage, mais cela existe partout, y compris au collège. Il y a ceux qui claquent la porte, les drop-out, et ceux qui se masquent, qui donnent de faux gages, les drop in. »

Le Clept aide une centaine d’entre eux à « raccrocher » en proposant des passerelles entre filières, des enseignements modulaires dès le collège, davantage de transdisci-plinarité, des tutorats avec plusieurs adultes « de référence » … «Ce qui serait possible et même souhaitable partout. » La possibilité, avec une équipe volontaire, « d’impulser des bonnes pratiques, de transformer un établissement en établissement formateur » , un « enthousiasme » , c’est ce qu’ont souhaité retenir plusieurs coordonnateurs en poste dans des MDLS (missions de lutte contre le décrochage scolaire) du Haut-Rhin, l’un des dispositifs proposés dans l’éducation nationale.

« Émotion négative »

Au nombre de 21 dans l’académie, ces coordonnateurs ont accueilli 1664 jeunes en 2016-2017, dont 620 sont passés par une action spécifique, de la prévention du décrochage, de la remédiation, une aide à la repréparation des examens ou au retour en formation… « On a une proportion d’élèves de plus en plus large, pas seulement de familles défavorisées. On part d’où ils sont, on monte un projet personnel et relationnel. »

Ensemble, ils discutent du fait de « revenir sur les malentendus par une pédagogie explicite, expliquant ce qui est attendu, en côte à côte et pas en face-à-face… » « Il y a un mal-être à l’école. Pour certains, c’est une émotion très négative, il faudrait commencer dès le CP… » Il s’agit de « valoriser l’élève, qu’il retrouve sa place » et, au final, comme l’a défendu Bernard Gerde, « d’avoir un autre rapport aux jeunes ». C.C.

COURRIER PICARD

Le collège Guy-Mareschal est en grève lundi 26 mars à Amiens

Les enseignants du collège Guy-Mareschal seront à 10 heures ce lundi 26 mars devant l’établissement pour une «  réunion d’information  » à laquelle participeront Barbara Pompili, la députée LREM de la Somme et François Ruffin, le député de la France insoumise. Mobilisée contre la menace de fermeture de l’établissement, l’équipe éducative a voté à l’unanimité cette journée de grève. «  Nous serons au rectorat en début d’après-midi, en attendant un rendez-vous avec le président du Département le 29 mars  », précise Johanna Villalorgua (SGEN-CFDT).

AEF

« Le ministre de l’Éducation doit conforter la place de l’école maternelle » (Association des enseignants de maternelle)

« Entre la crèche et l’école élémentaire, l’école maternelle doit prendre toute sa place et défendre sa spécificité », écrivent le Snuipp, l’Ageem, la FCPE, le GFEN, l’Icem, l’Interco-CFDT, le SE-Unsa, le Sgen-CFDT, le Snuter-FSU, dans leur lettre ouverte rendue publique le 26 mars 2018.

Les professionnels réclament une « feuille de route ambitieuse » pour l’école maternelle et un « investissement de l’État », pour garantir une « stabilité ». Ils veulent aussi le maintien de la scolarisation à 2 ans.

Ils demandent au ministère d’agir sur :

  • « les effectifs par classe
  • la formation de tous les personnels
  • l’aménagement des espaces et du temps
  • le maintien de contenus d’apprentissages exigeants dans tous les domaines
  • le développement de la relation aux familles
  • la présence effective des réseaux d’aide (Rased)
  • la complémentarité des personnels »

 

25 mars

France Culture : Rue des ecoles

Santé des élèves, l’urgence

Intervention

  • médecin de l’Education nationale et secrétaire générale du SNAMSPEN/ Sgen-CFDT, syndicat national des médecins de santé publique de l’éducation nationale

 

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Refondation

Le blog de la reconstruction de l’école
Accéder au site internet

Campus

Le blog de l’enseignement supérieur et de la recherche
Accéder au site internet

Numérique : quelle école, quels enjeux

Le numérique pour changer l’école
Accéder au site internet

Le corps enchaîné

Le blog EPS du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Le blog ASH

Une école inclusive pour une éducation inclusive
Accéder au site internet

Le blog AESH

Accompagner les enfants handicapés à l’école, c’est un vrai métier !
Accéder au site internet

Jeunesse, sports et cohésion sociale

Le blog de la CFDT à Jeunesse et Sports
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus
le SGEN-CFDT près de chez vous
Suivre le SGEN-CFDT sur les réseaux sociaux