Sgen-CFDT dans les médias du 15 janvier au 1er février 2018

Publié le vendredi 26 janvier 2018 par Bineta N'diaye, attachée de presse

Revue de presse

1er février

AEF

Bac et Parcoursup : l’état de la mobilisation du 1er février demandant le retrait des réformes

Le Sgen-CFDT demande aux organisateurs de cette journée de mobilisation « de clarifier leur position » concernant les filières sélectives existantes (classes préparatoires, bi-licence). Cette sélection est-elle plus « acceptable » ?

Le syndicat rappelle avoir proposé « de construire une mobilisation la plus large possible pour obtenir un financement des filières non sélectives à hauteur de celui des filières sélectives », mais regrette de n’avoir « reçu aucune réponse » et « s’interroge sur ce silence », assurant qu’il continuera de porter ce débat.

FRANCE INFO repris par  EUROPE 1

MACOMMUNE.INFO

Ouest-France

Première journée de manifestation contre les réformes de l’entrée à l’université et du bac

La Fage, premier syndicat étudiant, et le Sgen-CFDT, premier syndicat dans le supérieur (enseignants et personnel administratif confondus) soutiennent, eux, les réformes du gouvernement et n’appellent pas à la mobilisation. Ils réclament en revanche une hausse substantielle des moyens pour l’unité, où le coût d’un étudiant est deux fois moindre que celui d’un jeune en classe préparatoire.

 

31 janvier

LE MONDE

La FAGE et le SGEN-CFDT à l’écart du mouvement

Il s’agit du premier appel à une mobilisation nationale dénonçant à la fois la réforme de l’accès à l’université, en cours d’examen au Parlement, et le projet de réforme du bac, qui doit être annoncé le 14 février. De précédents appels, aux revendications moins larges, n’avaient rassemblé que peu de monde.

La FAGE, premier syndicat étudiant, et le SGEN-CFDT (enseignants et personnels administratifs de l’enseignement supérieur) ont expliqué dans une tribune pourquoi ils n’appelaient pas à se joindre à la mobilisation du 1er février, faute d’analyser de la même façon la réforme en cours. Ils expliquent cependant qu’ils « continuent et continueront à revendiquer, y compris en appelant à la grève, 1,5 milliard d’euros par an pour l’enseignement supérieur et la recherche ».

 

30 janvier

TOUTEDUC

Pourquoi le SGEN-CFDT et la FAGE ne se joignent pas a l’appel a la mobilisation du 1er fevrier, que la FCPE rejoint

Les deux organisations réclament, elles aussi, des moyens pour l’enseignement supérieur, mais refusent de confondre les deux mobilisations, d’autant qu’elles ont « obtenu 25 millions pour la période de septembre à décembre 2018 ». Comme les autres organisations, elles refusent « toutes les formes de sélection », dénoncent un système de formation « à deux vitesses », les filières non sélectives étant « victimes d’un sous-investissement chronique » tandis que les filières sélectives sont « financées très largement », telle Polytechnique qui en 2016 a obtenu 60 M€ quand l’ensemble des universités n’en obtenait que 100 M. Elles proposent aux autres organisations syndicales, étudiantes, lycéennes de se retrouver « à une date et une heure » qui leur conviendraient pour construire « une mobilisation permettant de rassembler tous nos collègues sur l’exigence d’un financement des filières non sélectives à la même hauteur que celui des filières sélectives ».

AEF

Répartition des moyens du plan étudiants : Franck Loureiro (Sgen-CFDT) salue « le retour de l’État stratège »

« Des inconnues pavent encore le chemin et les tentatives de dévoyer la réforme sont nombreuses », écrivent le Sgen-CFDT et la Fage, dans une interpellation directe à la ministre de l’ESRI dont AEF a eu copie mardi 30 janvier 2017. Les deux organisations, qui soutiennent la réforme depuis le départ, tiennent à faire connaître leurs « inquiétudes » sur un certain nombre de points (fiche avenir, attendus illégaux, « tension artificielle » des formations). Interrogé par AEF, Franck Loureiro, secrétaire général adjoint du Sgen-CFDT, revient sur la répartition des moyens, se félicitant d’assister au « retour de l’État stratège ». « Il ne s’agit pas de faire du saupoudrage », prévient-il. Interrogé sur le climat dans les établissements d’ESR et le risque d’un mouvement étudiant, il estime que la seule « inquiétude » vient aujourd’hui « des lycéens ».

Dans un courrier adressé à Frédérique Vidal et dont AEF a pris connaissance, la Fage et le Sgen-CFDT listent leurs points d’inquiétude :

  • La fiche avenir présentée pour le moment sur Parcoursup est selon eux « en rupture complète avec la philosophie de la loi » car axée sur les notes et le classement des étudiants et non sur leurs compétences. Ils jugent « primordial de voir cette fiche évoluer, en reprenant les éléments du livret scolaire lycéen ».
  • « De nombreux établissements ne respectent pas la philosophie du texte en créant des attendus qui s’apparentent finalement à des critères de sélection », ajoutent les deux organisations. Franck Loureiro précise à AEF qu’au menu de ces « attendus illégaux » figurent par exemple une seule série de baccalauréat, une lettre de motivation et un curriculum vitae, la détention du Bafa, la participation à un voyage linguistique… « Il serait utile que le ministère intervienne afin que l’autonomie des universités ne deviennent pas indépendance », écrivent les deux organisations.
  • « Ensuite, du fait de la non ordination des vœux sur la nouvelle plateforme, de nombreuses formations vont être en ‘tension artificielle’ sur les premiers jours des réponses des établissements. Ainsi, une période de stress va s’installer chez les lycéens qui vont pour beaucoup se retrouver ‘en attente’ alors que leur formation n’est pas une filière en tension », poursuivent le Sgen-CFDT et la Fage. « Cela risque de contraindre les différentes filières à produire un classement des dossiers », ce qui « contredit l’esprit de la réforme » et sera « générateur d’une surcharge de travail pour les personnels des universités ».
  • Au sujet des parcours d’accompagnement personnalisés, les deux organisations jugent « indispensable », « face à une communauté universitaire navigant dans le flou », « d’indiquer de manière claire les modalités de financement » de ces parcours « dès la rentrée 2018 ».

Ils demandent en outre à connaître « le calendrier et la méthode de travail retenus pour les discussions sur la réécriture de l’arrêté licence, du cadre national des formations et la reconnaissance de l’investissement pédagogique.

LE RETOUR DE L’ÉTAT STRATÈGE

S’agissant des moyens nouveaux et de leur répartition , Franck Loureiro se félicite de voir apparaître « l’État stratège » : « C’est la première fois que l’État reprend vraiment la main, via les recteurs. Les universités ne font pas ce qu’elles veulent, elles doivent appliquer la politique voulue par le Parlement pour bénéficier des moyens nouveaux dégagés pour la mise en œuvre de la réforme. C’est ce qui a manqué l’an passé pour les inscriptions en master, les recteurs n’ayant pas eu le dernier mot », rappelle-t-il.

Il souhaite que les moyens nouveaux soient spécifiquement fléchés sur l’accompagnement des étudiants qui en ont besoin et non sur tous les étudiants de licence. « Il ne s’agit pas de faire du saupoudrage », prévient-il. « Il est important de ne pas reproduire les erreurs du plan licence. » Il veut aussi que les 5,7 M€ prévus pour les personnels (gestion des dossiers, enseignants référents, directeurs d’étude…) soient vraiment attribués « à ceux qui vont bosser, traiter les dossiers, assurer la liaison avec les lycées, etc, ceux que le Snesup-FSU ose qualifier de ‘complices de la sélection’ sur twitter ».

LE RISQUE D’UN MOUVEMENT DE CONTESTATION VIENDRAIT DES LYCÉENS

Interrogé sur le climat dans les établissements d’ESR et le risque d’un mouvement étudiant, Franck Loureiro est sceptique : « La communauté universitaire est très partagée entre ceux qui ne veulent pas entendre parler de réforme, ceux qui sont dans l’expectative et ceux qui sont plutôt favorables à la sélection, regrettant même que le projet de loi n’aille pas plus loin. » Il pointe en outre « la faible mobilisation de l’Unef, empêtrée dans ses affaires internes ». « En revanche, je suis plus inquiet concernant ce qui se passe dans les lycées avec les interrogations sur le projet de réforme du bac », estime-t-il. « Je pense qu’il est d’ailleurs urgent que le ministre de l’Éducation nationale arrête avec ses ballons d’essai tous azimuts dans la presse sur le temps de travail des enseignants ou autre. »

EDUCPROS

« Tous les jeunes ont droit à la même considération »

[OPINION] Dans une tribune publiée par EducPros, le Sgen-CFDT et la Fage expliquent pourquoi ils ne participeront pas à la mobilisation contre la réforme de l’entrée à l’université, organisée jeudi 1er février. Les deux syndicats appellent leurs collègues à demander ensemble l’ouverture d’un débat sur l’existence d’un système de formation post-bac à deux vitesses.

Chers collègues, chers étudiants,

La Fage et le Sgen-CFDT sont opposés depuis leur création à toutes les formes de sélection. Pour autant, nous ne participerons pas à la mobilisation que vous engagez le 1er février contre la réforme de l’accès au premier cycle de l’enseignement supérieur. En effet, nous ne partageons pas votre analyse des conséquences de la réforme en particulier pour les jeunes issus des familles populaires.Vous écrivez que le projet de loi introduira une sélection et interdira l’accès à l’enseignement supérieur aux bacheliers, en particulier celles et ceux issus des bacs techno et des bacs pro.

La réalité est pourtant bien différente, puisque la sélection par manque de place, qui se matérialisait notamment par le tirage au sort, est bien antérieure à la réforme en cours. De plus, nous avons tous en tête ce chiffre : dans les conditions d’accueil actuelles, seuls 1,6 % des bacheliers pro réussissent à obtenir un diplôme de licence en trois ans ! Même si ce chiffre est à nuancer car il ne prend pas en compte les réorientations, il reste extrêmement faible. Il faut aussi regarder le taux d’abandon des bacheliers généraux qui reste, lui aussi, très trop élevé. Pour la Fage et le Sgen-CFDT, comme l’a écrit encore récemment François Dubet, l’autosélection existe massivement à l’université, ainsi que dans les filières sélectives (40 %). La création de places supplémentaires (22.000 pour la rentrée 2018), si elle est indispensable, n’est pas suffisante. Car à elle seule, sans dispositifs d’accompagnement spécifiques, elle ne permet pas de faire réussir toutes les étudiantes et tous les étudiants.

En introduisant un droit à l’accompagnement pour les jeunes les plus éloignés des codes universitaires, majoritairement issus des familles populaires, le projet de loi permettra de donner plus à celles et ceux qui ont moins. C’est l’entrée du principe de l’éducation prioritaire dans l’enseignement supérieur, défendu par la Fage et le Sgen-CFDT. Ainsi, chaque jeune sera en droit d’obtenir un accompagnement gratuit, dont la qualité sera assurée par l’établissement, pour le conduire vers la réussite, quelle que soit son origine sociale, sans avoir à payer de coûteux cours de soutien via des officines privées.

En introduisant des quotas de bacheliers boursiers dans les filières sélectives (y compris dans les CPGE), le projet de loi permet à des jeunes issus de familles populaires d’accéder à des filières très largement « trustées » par les enfants des familles de cadres. Les chiffres sont impitoyables. Et ils ne sont pas objectivables par les simples résultats scolaires.

En introduisant de la transparence sur les procédures de sélection des dossiers dans les filières sélectives, y compris celles des universités, la réforme garantit un droit à l’information des candidats. Il nous semble de nature à lutter contre les discriminations, notamment celles liées aux stéréotypes, par exemple sur les familles les plus précaires (cf. entre autres les travaux de ATD Quart Monde).

Nous avons tous en tête les statistiques sur les origines sociales des étudiants selon les filières de formation. Nous avons aussi tous en tête les travaux scientifiques menés autour de la discrimination dont sont victimes les jeunes issus des familles populaires en matière d’orientation, à compétences égales avec des jeunes de familles de cadres moyens ou supérieurs.Vous réclamez, dans votre appel, et à juste titre, des moyens pour l’enseignement supérieur et la recherche. La Fage et le Sgen-CFDT aussi. Nous avons d’ailleurs, tous ensembles, à de nombreuses reprises dans les années précédentes, organisé des mobilisations, y compris en appelant à la grève, pour exiger des moyens suffisants pour accueillir des étudiants toujours plus nombreux.

La Fage et le Sgen-CFDT continuent et continueront à revendiquer, y compris en appelant à la grève, 1,5 milliard d’euros par an pour l’enseignement supérieur et la recherche. Mais il est ici question de la réforme de l’accès au premier cycle et de son financement. Pendant toute la concertation, la Fage et Sgen-CFDT ont porté l’exigence d’un financement de la réforme. Nous avons obtenu 25 millions pour la période de septembre à décembre 2018, dont 6 millions d’euros pour reconnaître et payer le travail supplémentaire qu’imposera la mise en œuvre de la réforme à nos collègues. C’est la première fois depuis bien longtemps qu’une réforme s’accompagne d’un financement. Nous avons dit que cela n’était pas suffisant. Le Sgen-CFDT et la Fage ont d’ailleurs soumis au vote du CNESER une motion demandant des moyens supplémentaires. Nous regrettons que vous ayez voté contre cette motion, mais nous respectons votre choix.

Enfin, malgré nos divergences d’analyse sur les conséquences du projet de loi Orientation réussite étudiante, il nous semble que nous avons un point de convergence fort : le refus de toutes les formes de sélection. Il nous semble que nous pouvons sur ce sujet agir ensemble en dénonçant l’existence d’un système de formation postbac à deux vitesses : d’un côté, des filières non sélectives, devant accueillir tous les candidats, victimes d’un sous-investissement chronique depuis des décennies, d’un autre côté, des filières sélectives, choisissant leurs étudiants, financées très largement. Nous nous souvenons tous des 60 millions d’euros supplémentaires alloués à Polytechnique en 2016 alors que, dans le même temps, l’ensemble des universités n’obtenaient que 100 millions. Ces filières sélectives, qui existent aussi à l’université, peuvent ainsi proposer aux étudiants des taux d’encadrement et des dispositifs d’accompagnement dont pourraient bien profiter les étudiants inscrits dans les filières non sélectives.

Nous vous proposons donc, chers collègues, puisque nous sommes toutes et tous convaincus par la lutte contre la sélection, de nous retrouver pour élaborer ensemble une tribune et un programme d’actions afin de demander l’ouverture d’un débat sur l’existence d’un système de formation postbac à deux vitesses, très discriminant socialement. Nous vous proposons de construire ensemble une mobilisation permettant de rassembler tous nos collègues sur l’exigence d’un financement des filières non sélectives à la même hauteur que celui des filières sélectives. Car tous les jeunes ont droit à la même considération. Ils ont à nos yeux autant de valeur, quelle que soit leur origine sociale.

Nous vous proposons de nous retrouver dans les locaux de la fédération du Sgen-CFDT ou de la Fage à une date et une heure qui vous conviendrait à toutes et tous. Nous pourrons ainsi initier une réflexion autour de cette mobilisation à construire dans l’intérêt de l’ensemble des étudiants et de tous les personnels de l’ESR.

Franck Loureiro, secrétaire général adjoint du Sgen-CFDT et Jimmy Losfeld, président de la Fage.

 

26 janvier

AEF

Colloque du 12 janvier

Interview de Catherine Nave-Bekhti

Interview de Franck Loureiro

TOUTEDUC

Reforme du lycee, bac – 3 et +3 : le SGEN-CFDT se donne le temps de la reflexion

« Il faut savoir prendre le temps de ralentir », a déclaré Catherine Nave-Bekhti, la secrétaire générale du SGEN-CFDT en conclusion du colloque « Améliorer les parcours des élèves entre le bac-3 et le bac+3 » qui s’est tenu hier 25 janvier à Paris. Rappelant que la date de cette journée avait été prévue longtemps auparavant, elle a souligné son opportunité au moment des premières annonces sur le baccalauréat. « Mais nous n’en sommes pas encore à la réforme » a-t-elle prévenu. « Nous allons donc continuer notre réflexion. »

« La réforme du bac, c’est aussi celle du lycée dans son ensemble, elle concerne toutes les voies de formation et tous les personnels », insiste la secrétaire générale du SGEN. « Elle concerne notamment les personnels de l’orientation, les CPE, les professeurs documentalistes. Il faudra accompagner les élèves, leur donner accès à l’information, lutter contre l’autocensure. »

Un bac qui corresponde au niveau réel des élèves

Pierre Mathiot, qui vient donc de remettre son rapport au ministre, participait à l’une des tables rondes du colloque intitulé « Peut-on réformer le baccalauréat pour qu’il devienne une charnière du -3/+3 et non un obstacle ? ». Reprenant les grandes lignes de ses propositions, il a notamment affirmé : « Il est hors de question de réduire le nombre de bacheliers. On ne va pas faire moins mais mieux. Nous voulons qu’une part non négligeable du bac, les trois quarts environ, soit pris en compte pour l’entrée dans l’enseignement supérieur et que ce bac corresponde au niveau réel des élèves ».

Armelle Nouis, la proviseure du lycée Hélène Boucher à Paris, qui a participé à l’étude du groupe de réflexion Terra Nova « Comment sauver le bac ? », reconnaît « beaucoup de points communs » entre ses propositions et celles de Pierre Mathiot. Elle regrette néanmoins qu’il ne soit pas allé plus loin dans la modularisation : « Il faut plus de souplesse et laisser l’élève construire son propre parcours. »

Présent à cette table ronde, Laurent Bigorgne, le président de l’Institut Montaigne, a ironisé: « Avec cette réforme, j’aurais très envie de repasser le bac ! ». Jugeant « assez peu enviable » le sort réservé actuellement aux lycéens, il apprécie « les dispositifs d’individualisation et la modularisation contenus dans la réforme ». Il considère que le grand oral prévu dans les épreuves terminales, « loin d’être élitiste est simplement une bonne façon de travailler une compétence orale ». Sur l’orientation, il constate « un vrai déficit de savoir-faire ». Pour Laurent Bigorgne, « on est dans une société qui mange ses enfants. Il faut qu’on trouve les bons outils, pérennes pour sortir de la prédestination liée aux origines sociales. »

AEF

La mise en place de « collèges universitaires » en région est une « fausse peur » selon F. Germinet (colloque du Sgen-CFDT)

« L’idée de concentrer la recherche dans quelques métropoles va à l’encontre de ce que font les autres pays », déclare le chercheur Olivier Bouba-Olga, lors d’un colloque organisé par le Sgen-CFDT, le 25 janvier 2018. Rejetant la « fausse peur » qui constituerait la mise en place de collèges universitaires, François Germinet, président de la commission formation de la CPU, constate quant à lui que les publics et les problématiques diffèrent entre la licence  – « on est alors dans une université de proximité » – et le master où « on a un recrutement très fort aux niveaux national et international ». C’est pourquoi il songe à mettre en place dans son université des CFVU distinctes. Il revient également sur « les critères de réussite d’une antenne régionale » et François Bonneau, président délégué de Régions de France, sur la réforme de l’apprentissage.

« On se bat contre la mobilité régionale tous azimuts. Qu’un étudiant habitant Limoges s’inscrive à la fac à Paris alors que le même cursus lui est proposé à côté de chez lui, cela n’a pas de sens. Notre position est de dire que la licence de droit est la même partout », insiste François Germinet, lors d’une table ronde organisée par le Sgen-CFDT, jeudi 25 janvier 2018, sur le thème « Quel rôle pour les territoires (les Régions) dans ces parcours -3/+3 ? »

La CPU réaffirme l’importance du financement du maillage territorial

Olivier Bouba-Olga

Le président de la commission formation et insertion professionnelle de la CPU reste vigilant sur le financement des universités de l’ensemble du maillage territorial. Pour lui les meilleurs pôles de recherche se nourrissent du travail de toutes les autres universités. « La recherche forme une communauté », souligne-t-il.Un constat partagé par le professeur Olivier Bouba-Olga, dont les recherches portent sur les dynamiques territoriales et la géographie de l’innovation. Il s’oppose à « l’idéologie de la métropolisation », expliquant que dans les autres pays, « on observe une déconcentration de la recherche » (1). « D’ailleurs, les antennes universitaires fonctionnement plutôt bien, la différence étant que la recherche est plus appliquée aux problématiques des territoires dans lesquels elles s’intègrent. Actuellement, on a un territoire bien équipé. L’enjeu est de conserver ce bon équipement, sans quoi cela poserait des problèmes d’accès à l’enseignement supérieur aux personnes les moins dotées », détaille-t-il.

Critères de réussite d’une antenne régionale (François Germinet)

L’UCP (université Cergy-Pontoise) est constituée de dix sites répartis sur trois départements. Interrogé sur le défi que cela représente, François Germinet estime que l’UCP s’en sort plutôt bien et liste les critères selon lui nécessaires à la réussite d’une antenne régionale :

  • La masse critique d’étudiants se situerait à 800 élèves. En dessous de ce chiffre, il est difficile de faire venir un Crous ou d’ouvrir une BU.
  • Avoir des équipes théoriques bien thématisées.
  • Faire, si possible, de la recherche.
  • Si les formations proposées sont de type DUT, l’antenne doit être bien intégrée dans le bassin d’emploi de son territoire.

DEUx cfvu distinctes sur licence et master-doctorat

La mise en place de « collèges universitaires » en région : une fausse peur pour F. Germinet

François Germinet souhaite créer un « collège universitaire » avec toutes les filières classiques des universités (licences et DUT) ainsi que les premiers cycles des écoles d’un côté et de l’autre, un grand établissement dans le cadre de l’isite impliquant l’UCP, l’Essec, l’Eisti et l’Ensea. Le projet interroge le public du colloque qui s’inquiète notamment de la mise en place de « collèges universitaires » sur le modèle américain, avec des universités éloignées des métropoles qui n’auraient que des formations en licence et qui seraient déconnectées du monde de la recherche. Pour François Germinet, « c’est une fausse peur » car le niveau master et les pôles de recherche se construisent forcément avec le recrutement d’enseignants-chercheurs pour enseigner au niveau licence. Il imagine toutefois que l’on puisse par exemple fixer un taux minimal d’EC en licence.

« Avec la loi sur l’entrée en master de 2017 , on a un parcours plus cohérent du master vers la thèse qui permet un traitement plus spécifique de la licence », se réjouit François Germinet. Au sein de son établissement, le président de l’UCP a constaté que les publics et les problématiques diffèrent entre la licence et le master : « En licence, on est une université de proximité. Les problématiques à traiter tournent autour de l’autonomie et de l’orientation. Au niveau master, on a un recrutement très fort aux niveaux national et international. Là, les problématiques tournent autour de l’état du marché et de l’insertion dans la filière choisie par l’élève. Avec les réformes en cours, une articulation timide se met en place entre le scolaire et la licence d’un côté et le master et le doctorat de l’autre, alors qu’auparavant, on pensait la licence et le master dans la continuité. Le doctorat était satellisé. »

À l’UCP, afin de renforcer ces articulations, François Germinet songe à mettre en place des CFVU distinctes pour les licences d’un côté et les masters et doctorats de l’autre (lire encadré).

L’accent serait également mis sur l’orientation à trois moments charnière, comme le propose son nouveau modèle de NCU .

  • Au premier semestre de la première année, pour aider l’élève à déterminer s’il a fait le bon choix de formation ;
  • au premier semestre de la deuxième année pour l’aider à affiner la spécialisation de sa licence ;
  • au premier semestre de la troisième année afin de l’accompagner dans l’après-licence.

Apprentissage

François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire.

© Région Centre-Val de Loire

Sur l’apprentissage, François Germinet redonne la position de la CPU : « Les concertations en cours font peser une menace sur l’apprentissage dans le supérieur. Nous craignons la suppression de 20 000 places d’apprentis alors qu’il faudrait en créer 20 000 ».François Bonneau, président délégué de Régions de France, se positionne clairement en faveur d’un pilotage par les régions, comme c’est le cas actuellement, et contre un transfert aux branches, comme le demande le Medef : « Nous croyons aux territoires et nous pensons qu’il faut un pilotage public qui associe fortement les branches. Si tout est piloté par les branches, nous allons à la catastrophe. »

(1) Olivier Bouba-Olga cite notamment les travaux de Michel Grossetti

AEF

Réforme du baccalauréat : le contrôle continu est un « point de fragilité » du rapport Mathiot (colloque Sgen-CFDT)

« En termes de politique éducative, il faut être capable de sacraliser des choses non négociables, comme la modularité du lycée », déclare Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne, lors d’un colloque du Sgen-CFDT, le 25 janvier 2018. Il réagit aux propositions de réforme du baccalauréat de Pierre Mathiot. « Une réflexion solide doit accompagner le contrôle continu », commente pour sa part Armelle Nouis, proviseure de lycée Hélène-Boucher à Paris. Selon elle, c’est « un point de fragilité » du rapport. Elle craint notamment la lourdeur organisationnelle des épreuves ponctuelles. Concernant le grand oral, il est « un objet dérangeant » qui ne doit pas être « assimilé à de l’élitisme ».

« Il y a un enjeu de cohérence entre la réforme du baccalauréat et du lycée, l’orientation, le service universel et l’entrée dans le 1er cycle universitaire », observe Laurent Bigorgne, président de l’Institut Montaigne, lors d’un colloque du Sgen-CFDT intitulé « Améliorer la construction des parcours des élèves entre le bac-3 et le bac + 3 », le 25 janvier 2018, en présence de Pierre Mathiot, d’une enseignante et d’une cheffe d’établissement. Ce débat intervient alors que la concertation sur la réforme du baccalauréat débute le 29 janvier au ministère.

Une modularité « non négociable ». « En termes de politique éducative, il faut être capable de sacraliser des choses non négociables, comme la modularité », estime Laurent Bigorgne. Selon lui, la modularité est « une sortie de l’hypocrisie qui dit que les séries sont actuellement bien définies ».

Évoquant la faiblesse du niveau des élèves français en anglais, Laurent Bigorgne estime que la modularité devra permettre, « un jour, d’exploiter des ressources certifiées sur internet » pour que les élèves « atteignent un niveau vital pour entretenir une conversation ». Une proposition présente dans le rapport de Pierre Mathiot.

Une « inquiétude » sur les emplois du temps et les ORS. Pour Armelle Nouis (Sgen), proviseure du lycée Hélène-Boucher à Paris et autrice d’études pour le think-tank Terra Nova, l’organisation proposée en « majeure » et « mineure » permet aux élèves « de travailler dans les domaines qu’ils apprécient à travers le baccalauréat ».

Muriel Salvatori (Sgen), professeure de mathématiques au lycée Marie-Curie d’Échirolles (38), met néanmoins en avant une inquiétude des acteurs concernant les conséquences organisationnelles de la modularité. « Je crains un casse-tête d’emplois du temps pour les chefs d’établissement et les élèves ». Elle s’inquiète également des possibles répercussions sur les ORS.

En attente d’une réflexion sur le contrôle continu. « Une réflexion solide doit accompagner le contrôle continu », estime Armelle Nouis. « C’est un point de fragilité dans votre rapport », dit-elle à Pierre Mathiot, évoquant les trois options proposées par celui-ci pour faire peser une forme de contrôle continu dans l’obtention du baccalauréat (les bulletins de notes ou les épreuves ponctuelles ou les deux).

Le contrôle en cours de formation, qui figure dans le rapport sous forme d’épreuves ponctuelles de fin de semestre, « est un mini-examen », analyse Armelle Nouis. « Il faut être vigilant pour que, dans les établissements, cela n’entraîne pas une perte de temps en organisation interne. » La proviseure rappelle la nécessité de « laisser du temps aux professeurs pour enseigner et accompagner l’orientation ».

Le grand oral, un « objet dérangeant ». « Il était certain que l’épreuve orale serait vécue comme un objet dérangeant car différent », reconnaît Laurent Birgogne. Toutefois il ne faut pas « l’assimiler à de l’élitisme car il permet de mettre à portée de tous une compétence aujourd’hui trustée par quelques-uns ». Muriel Salvatori regrette qu’il ne soit pas obligatoirement collectif.

Éviter les corporatismes. Alors que la concertation sur la réforme du baccalauréat va s’ouvrir au MEN avec les syndicats, Laurent Bigorgne pointe le risque des corporatismes professionnels et disciplinaires. « Les enseignants de lycée regardent avant tout la place de leur discipline » dans le projet de réforme, regrette Muriel Salvatori. Selon elle, il faut cependant tenir compte des « inquiétudes légitimes » des enseignants concernant le nombre de postes.

« Bonnes idées » et « regrets » du rapport Mathiot

Le « rapprochement des voies générales et technologiques » est apprécié par Laurent Bigorgne, particulièrement « l’idée de définir des éléments de tronc commun ».

Le supplément au diplôme intégré dans Parcoursup et rempli par l’institution scolaire, est salué par les intervenants.

La compensation des matières entre elles « passe vraiment au-dessus de la validation par compétences », regrette Muriel Salvatori. Armelle Nouis souligne que cela ne permet pas de « définir des profils d’élèves ».

 

25 janvier

AFP repris par SLATE

L’école française ne prépare absolument pas à passer un grand oral au bac

«Il faudra que les enseignants aient vraiment du temps pour le préparer en amont». Une inquiétude partagée par Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du Sgen-CFDT: «Si on n’a pas le temps de le travailler en classe, on peut créer des inégalités».

AEF

Réforme du baccalauréat et du lycée : les principales réactions syndicales au rapport de Pierre Mathiot

Le Sgen-CFDT pointe le risque d’un lycée « encore plus hiérarchisé et potentiellement plus discriminant ». Le syndicat souligne des « pistes de changement positif » comme l’épreuve du grand oral, préparée « dès la 1re », l’accompagnement aux parcours des élèves, la « reconnaissance des compétences transversales », et l’organisation de la classe de seconde en deux semestres. Il s’inquiète toutefois de « l’exclusion de la voie professionnelle du champ de la réforme », « du maintien de la séparation des 2 voies générale et technologique », d' »une définition des majeures qui contraint la modularisation », « du maintien d’un système d’options qui brouille la logique de majeures/mineures » et de « la contradiction entre une logique de compensation des notes et une logique de validation de compétences ». Le Sgen veut aborder lors de la concertation avec Jean-Michel Blanquer « la place du lycée dans le parcours des élèves » et « les conditions de travail des personnels ».

L’ETUDIANT

Réforme du bac : après le rapport Mathiot, quelle marge de négociation pour les syndicats ?

« Le rapport a le mérite de poser les bases de la discussion, souligne Alexis Torchet, secrétaire national du Sgen-CFDT. Il établit un diagnostic pertinent sur le lycée et ouvre des pistes en renvoyant les arbitrages au ministre. »

LE MONDE

Du côté du SGEN-CFDT, du SE-UNSA comme du SNALC, on reconnaît des « points positifs » qui n’empêchent ni les critiques ni les inquiétudes.

 

24 janvier

LA NOUVELLE REPUBLIQUE

Bac: des propositions de réforme radicales avant un projet mi-février

« Le rapport Mathiot a le mérite de poser un diagnostic pertinent sur le bac et le lycée », réagit le Sgen-CFDT. Le syndicat approuve l’idée d’un grand oral ou de temps dédiés pour l’accompagnement des parcours des élèves, mais critique notamment « l’exclusion de la voie professionnelle du champ de la réforme ».

ToutEduc

Rapport Mathiot : les reactions du SNES (qui appelle a la greve), du SE-UNSA, du SGEN, du SNPDEN, de la FAGE

Pour le SGEN-CFDT, le rapport « a le mérite de poser un diagnostic pertinent », et il estime positivement « la nouvelle organisation de la classe de seconde en 2 semestres », « l’accompagnement aux parcours des élèves avec des temps dédiés », le grand oral qui conjugue « interdisciplinarité, travail en mode projet et collectif… », « la reconnaissance formalisée des compétences transversales via le supplément au diplôme ». En revanche, d’autres éléments « font craindre un lycée encore plus hiérarchisé et potentiellement plus discriminant », notamment « une définition des majeures qui contraint la modularisation », « le maintien d’un système d’options qui brouille la logique de majeures/mineures », « la contradiction entre une logique de compensation des notes et une logique de validation de compétences ». Enfin, il attire l’attention sur le volet RH.

 

23 janvier

AFP repris par NOUVEL OBS ,   NOUVELLE REPUBLIQUE,   TV5 MONDE ,

LIBERATION

Réforme du bac: l’oral pourrait compter pour 15% de la note finale

Une exigence aussi soulignée par Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du Sgen-CFDT: « si on n’a pas le temps de le travailler en classe, on peut créer des inégalités ». « Il faut un oral qui permette de valoriser les compétences acquises par les élèves, pas un oral copié sur ce qui se pratique dans les grandes écoles », prévient-elle aussi, en attendant de voir « ce que fera le ministre de cette proposition ».

 

19 janvier

L’INFO DU VRAI

Pédophilie à l’école : la purge

Intervention de Catherine Nave-Bekhti

 

18 janvier

l’etudiant

Plan étudiants : interrogation sur la répartition des moyens pour la rentrée 2018

La première enveloppe de 13 millions d’euros serait répartie entre les rectorats, qui doivent à leur tour procéder à son allocation en fonction des besoins des établissements. « Cette répartition doit se faire dans le cadre d’un dialogue avec les présidents d’université sur la base de projections établies à partir de l’augmentation des effectifs et de la répartition des vœux l’an passé », précise Franck Loureiro, le co-secrétaire général du Sgen-CFDT.

« C’est une réflexion à mener sur l’offre de formation au global sur un territoire sur le long terme », ajoute Franck Loureiro.

 

16 janvier

ToutEduc

Parcoursup sous le feu des critiques syndicales

Quant au SGEN-CFDT, il rappelle que le projet de loi de finances initial ne prévoyait pour l’enseignement supérieur « ni postes, ni augmentation du budget ». Finalement, 25 M€ ont été débloqués, dont la moitié pour « la prise en charge des surcoûts d’enseignement », 7 M€ sur appels à projets pour de l’investissement, 6 M€ pour les dépenses liées à la gestion des dossiers. L’organisation syndicale « demande que la plus grande transparence soit faite quant à l’utilisation de ces moyens », dont elle estime qu’ils sont insuffisants, d’autant que « des décennies d’abandon des universités par l’Etat ne se rattrapent pas en un an ». Elle « revendique 1 milliard d’euros supplémentaires par an ».

AEF

Le Sgen-CFDT demande que la répartition des 25 M€ de moyens nouveaux pour mettre en place la réforme de l’accès au 1er cycle se fasse de manière « transparente ». Dans sa déclaration au Cneser du mardi 16 janvier 2018, le syndicat dit vouloir ainsi connaître « les montants des enveloppes dont disposent les recteurs par académie et les montants par établissement », ajoutant que cette répartition « doit faire l’objet d’un bilan au conseil académique de l’éducation nationale ». Selon les informations recueillies par AEF, les recteurs auraient été destinataires la semaine passée du montant de leur enveloppe. Le Sgen-CFDT demande également « que tous les personnels soient associés à l’utilisation de ces moyens », jugeant que « cela relève des instances démocratiques tant à l’échelle du territoire qu’à celui de l’établissement (CAEN, CTA, CTE, CFVU, CA…).

Rappelant que « cette enveloppe dépend directement des flux étudiants prévus sur les universités de l’académie », le Sgen-CFDT demande si « ces prévisions feront l’objet d’actualisations pendant la campagne d’affectation ».

Le syndicat revient enfin sur les « trois blocs principaux » dans lesquels sont répartis ces 25 M€ et adresse pour chacun d’entre eux plusieurs questions :

  • « 12 M€ pour la prise en charge des surcoûts d’enseignement » : « Est-ce cette enveloppe qui doit servir à financer les augmentations de capacité d’accueil ? Et en particulier à financer les créations de postes ? », demande le syndicat. Il souhaite ainsi « qu’un bilan soit présenté aux représentants des personnels dans les territoires et au Cneser« .
  • « 7 M€ sur appels à projets pour de l’investissement » : « Est-ce sur cette enveloppe que seront financées les dépenses liées aux investissements nécessaires pour la création des dispositifs d’accompagnement des étudiants ? Quel bilan sera fait, quand et où ? », s’interroge le Sgen-CFDT.
  • « 6 M€ pour financer les dépenses supplémentaires liées à la gestion des dossiers » : « Est-ce bien sur cette enveloppe que pourront être reconnus le travail et les missions supplémentaires liées à la réforme ? Est-ce sur cette enveloppe que les moyens des SCUIO, indispensables à la mise en œuvre de la réforme, pourront être augmentés ? »

AEF

Orientation vers le supérieur : comment se passe l’application de la réforme ? L’avis du SNPDEN, de l’APLCPGE et du Sgen

Catherine Nave-Bekhti (Sgen-CFDT) juge que la fiche avenir fait « une part trop importante aux moyennes chiffrées et trop peu à l’identification des compétences acquises parles élèves »

LA DEPECHE

Les profs de Gallieni reçus au rectorat

Après trois jours de grève la semaine dernière pour dénoncer les violences qu’ils subissent de la part «d’élèves difficiles», les enseignants du lycée polyvalent Joseph Galliéni, route d’Espagne, ont obtenu un rendez-vous avec le rectorat de Toulouse, ce mardi en fin de journée, qui tentera de déminer la crise. Une délégation, dont les représentants syndicaux SNETAA-FO et SGEN-CFDT 31, sera reçue par le secrétaire général de l’académie de Toulouse et Jacques Caillaut, inspecteur d’académie et directeur académique des services de l’éducation nationale de la Haute-Garonne (Dasen). Une petite victoire pour les professeurs en colère qui vont désormais tenter d’obtenir plus de moyens pour faire face à une proportion d’élèves qui ont des démêlés avec la justice assez élevée (150 lycéens, disent les syndicats). Une pétition est en ligne sur change.org et les enseignants ont déjà recueilli «plus de 1 000 signatures en moins de 24 heures», a indiqué le SGEN-CFDT.

LA DEPECHE

Le lycée Galliéni de Toulouse sera équipé de 35 caméras pour assurer la sécurité

Alors qu’une délégation de cinq enseignants sera reçue au rectorat ce mardi soir pour obtenir des moyens supplémentaires en vue de rétablir un climat serein entre élèves et professeurs au lycée Joseph Galliéni de Toulouse, le SGEN-CFDT 31 annonce que « 35 caméras de vidéosurveillance » seront prochainement installées dans l’établissement polyvalent qui accueille un peu moins de 1 000 élèves du CAP au bac professionnel.

En proie à des difficultés d’enseigner, la majorité des enseignants, qui exercent depuis mardi dernier leur droit de retrait (des débrayages d’un quart d’heure sont prévus toute la journée) dénoncent les violences physiques et verbales de la part d’environ 150 élèves jugés « très difficiles » qui s’en prennent aussi au bâti. Les dégradations multiples se chiffrent à 47 000 euros par an et à cela, risque de s’ajouter le coût de l’entretien des caméras « qui sera imputé au budget de l’établissement, soit environ 24 000 euros par an », estime Fabian Bergès, secrétaire adjoint du SGEN-CFDT.

Les équipes pédagogiques réclament également l’embauche de huit AED (assistants d’éducation), mais n’ont pour l’heure obtenu qu’un « AED pour la sécurité, mais qui n’est pas encore arrivé », précisent les syndicats. Une pétition en ligne (change.org), lancée par les enseignants en colère de Galliéni, a recueilli plus de 5 000 signatures.

VOUSNOUSILS

Smartphones interdits à l’école : la lettre d’un Québecois à JM Blanquer

Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du Sgen-CFDT, rappelait ainsi à l’AFP que des professeurs, à l’école primaire et au collège, mettent en place de plus en plus « d’activités pédagogiques » avec des smartphones – notamment dans le cadre de l’utilisation des réseaux sociaux, ou de l’éducation au bon usage des outils numériques et d’Internet.

15 janvier

ouest france

Académie de Caen. Les syndicats contre la perte de 87 postes

Les organisations syndicales FSU, SGEN-CFDT, UNSA-Éducation et Sud-Éducation voulaient ainsi protester contre la perte de 87 postes dans les lycées et collèges de l’académie de Caen.

LES ECHOS

Au-delà des attendus, les inquiétudes portent aussi sur les moyens. Le Sgen-CFDT se réjouissait en fin de semaine dernière d’avoir obtenu 6 millions d’euros pour « indemniser la prise en charge de la nouvelle procédure d’entrée en premier cycle ».

 

12 janvier

L’ETUDIANT

Entrée à l’université : crispations autour de la déclinaison locale des attendus

Les cas de figure varient fortement d’une université à l’autre, selon les premiers constats des organisations syndicales. « La situation est très différente entre les établissements, mais aussi d’un domaine de formation à un autre, au sein des universités », observe Franck Loureiro, secrétaire général adjoint du Sgen-CFDT.

Pour Franck Loureiro, du Sgen-CFDT, le choix de s’orienter vers des attendus généraux relève de plusieurs facteurs différant selon les établissements. « Soit les équipes, par manque de temps, se concentrent sur la construction des dispositifs d’accompagnement pour obtenir des financements, soit elles jugent que le cadrage national est suffisant pour informer les bacheliers. Enfin, et c’est plus rare, certaines, par opposition, choisissent de ne pas faire remonter les attendus. »

« Cette enveloppe permettra notamment d’indemniser la prise en charge de la nouvelle procédure d’entrée en premier cycle, et en particulier l’analyse du parcours, du projet et des connaissances et compétences des bacheliers mais également de financer la mise en place de directeurs d’études et de référents pour accompagner les étudiants », développe Frédérique Vidal dans un courrier adressé au Sgen-CFDT, le 22 décembre 2017.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus
le SGEN-CFDT près de chez vous
Suivre le SGEN-CFDT sur les réseaux sociaux