L’invitée du mois : Sylvie Schweitzer, historienne, auteure de trois ouvrages sur le travail des femmes

Publié le mardi 18 avril 2017 par Odile Nave

Le texte ci-dessous est la version intégrale de l'interview parue dans Profession Éducation, le mensuel du Sgen-CFDT, n° 252 (avril 2017).

Sylvie Schweitzer historienne du travail des femmes (C) DRPourquoi avoir écrit Les Femmes ont toujours travaillé ? Puis Les Femmes de pouvoir ?

Au milieu des années 90, j’ai participé à la création du Mage (« Marché du travail et genre »)[1], une équipe de recherche pluridisciplinaire très active du CNRS. Là, j’entendais encore et toujours cette remarque récurrente dans les discours scientifiques : « depuis que les femmes travaillent »… Historienne du social de formation, je savais que les femmes, depuis toujours, ont travaillé. J’ai décidé d’écrire ce livre pour rassembler les savoirs qui le montraient, au lieu de dater le phénomène de l’après 68 en l’accompagnant d’une série de faits négatifs : les mauvais résultats scolaires des enfants, l’augmentation du chômage, etc.

Et c’est en rédigeant le dernier chapitre consacré à l’histoire des femmes diplômées, que j’ai découvert la rude réalité des combats menés depuis l’époque où les femmes n’avaient pas le droit de passer le baccalauréat, n’avaient pas accès à certains métiers. Ce sont ces longues batailles qui m’ont incitée à écrire Femmes de pouvoir où je parle des femmes diplômées en établissant une comparaison européenne. J’ai constaté qu’en Occident, le fait d’empêcher les femmes d’exercer des pouvoirs scientifiques, politiques ou économiques est une réalité extrêmement uniforme. Il y a des pesanteurs sociales considérables venant du XIXe siècle, alors qu’on discute de l’égalité entre les individus, après la Déclaration universelle des droits de l’Homme… Les femmes apparaissent alors bien menaçantes et toute une série de lois va les tenir éloignées des espaces où se décide l’avenir de la société : être parlementaire, entrepreneur, magistrat, médecin comme universitaire, c’est détenir un pouvoir. Il faudra attendre cent à cent-cinquante ans pour éradiquer ces lois qui maintenaient les femmes en dépendance, en domination, ou en infériorité.

restent les obstacles sociaux, sociétaux de représentation des femmes

Cependant, si au début du XXIe siècle, législativement, il n’y a plus d’obstacle, restent les obstacles sociaux, sociétaux de représentation des femmes, quelquefois autoalimentés par les femmes elles-mêmes. C’est l’histoire, d’une part, du plafond de verre – malgré l’égalité des droits, elles butent au seuil des responsabilités – et d’autre part, celle des quotas parfois difficiles à respecter, momentanément sans doute : à force d’avoir été empêchées d’accéder aux responsabilités, elles ne s’estiment pas capables pour ces postes. Du coup, aujourd’hui en France, se pose un problème de vivier – du moins dans le service public, malgré des quotas assez peu élevés (30 % de femmes promues en primo-nomination…). À tel point que la haute administration s’inquiète…

Pourquoi avoir choisi les inspectrices du travail pour étudier l’évolution des corps de catégorie A ?

Le Comité d’histoire du ministère du Travail m’ayant offert une collaboration, j’ai proposé ce sujet, qui a été financé par la Dares[2]. En consultant l’ensemble des dossiers conservés, j’ai découvert qu’il y avait eu peu d’inspectrices du travail : 150 à 160 entre la fin du XIXe siècle et le milieu des années 1970. Ces dossiers retracent l’ensemble de la carrière avec les feuilles de notations, les types de promotion, les demandes de mutation géographique, les congés de maladie… Ils comportent aussi des indications sur l’état civil : lieu de naissance, milieu social d’origine, statut familial, profession du conjoint, nombre d’enfants… Aidée de doctorants, j’ai constitué une base de données nominatives et je me suis concentrée sur les parcours des inspectrices.

D’une part, il s’agissait de femmes d’autorité qui faisaient appliquer des lois qu’elles ne votaient pas. D’autre part, elles étaient beaucoup mieux payées que l’ensemble des fonctionnaires, en particulier jusqu’à la guerre de 14. Ainsi, une inspectrice du travail gagnait trois fois le salaire d’une institutrice. Les dossiers comptant beaucoup d’institutrices, j’ai longtemps supposé que c’était un exemple de mobilité sociale. Puis, j’ai rencontré une ancienne inspectrice, d’une promotion des années 70, née dans un milieu populaire, très bonne élève, qui avait étudié le droit pour devenir inspectrice et qui m’a dit avoir passé deux DESS pour attendre d’avoir l’âge requis, 22 ans. En relisant des enquêtes du ministère du Travail et mes archives, j’ai trouvé ici et là les mêmes indices de vocation, aussi bien chez des filles d’entrepreneurs que chez des filles de mineurs, de cheminots qui avaient entendu raconter les grèves, les licenciements… Donc j’ai considéré d’un autre œil les parcours des nombreuses anciennes institutrices : intégrer une école normale d’institutrices permettait d’étudier sans être à la charge des parents, puis d’avoir un métier jusqu’au moment d’avoir l’âge de passer le concours d’inspectrice du travail. Ces jeunes femmes venaient d’un peu partout en France pour passer ce concours très difficile. Comment expliquer cette volonté sinon par l’existence de vocations ?

La vocation des instituteur·trices est connue. La retrouver dans l’inspection du travail permet-il de faire le lien avec le militantisme et l’engagement féministe ?

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les fonctionnaires n’ont pas le droit de se syndiquer. Cela éclaire le parcours des inspectrices issues d’une bourgeoisie très nantie. On assiste à la professionnalisation de la philanthropie, qui est, de fait, un militantisme religieux ou laïque : dans cet espace de l’inspection du travail, les femmes trouvent une place pour protéger, mais avec la main de l’État, ce qui est autre chose que la charité philanthropique, dans la paroisse ou ailleurs. Ces deux groupes, les filles des couches populaires et celles de la bourgeoisie, n’en font plus qu’un : peu nombreuses (une trentaine), elles se connaissent toutes et militent dans des associations féministes, en particulier au sein du Conseil national des femmes françaises où elles sont secrétaires de la section travail. Donc, elles ont toujours été des militantes, et après la Seconde Guerre mondiale, on les retrouve toutes syndiquées, soit à la CFTC-CFDT, soit à la CGT, soit dans le syndicat maison…

Quel regard ces militantes portent-elles justement sur le fait que les recrutements de femmes n’augmentent pas jusqu’aux années 80 ?

J’ai discuté avec deux militantes syndicales. Lorsque j’ai avancé l’hypothèse de quotas implicites lors des recrutements, l’une d’elles, une syndicaliste cégétiste redoutable, restée dans les mémoires pour s’être colletée avec Citroën à Aulnay, m’a répondu, sidérée, qu’avec les camarades du syndicat, ils avaient cherché toutes les solutions possibles pour comprendre pourquoi il n’y avait pas davantage de femmes mais qu’ils n’avaient jamais pensé qu’on ne faisait que remplacer les partantes.

il n’y a pas de mémoire des discriminations dont les femmes ont été victimes

L’histoire des femmes contribue-t-elle à faire avancer les choses ?

Concernant la place des femmes dans l’Histoire, il y a une amnésie collective, plus ou moins organisée. Ce n’est pas véritablement enseigné, et enseignant moi-même à l’université, j’ai vu que la mémoire n’a pas été installée comme pour de Gaulle ou Louis XIV : il n’y a pas de savoir ni de mémoire des longues discriminations dont les femmes ont été victimes, ni des luttes, des acquis, de leur chronologie… Il n’y a pas de savoir sur la manière dont les femmes sont traitées sur le marché du travail, et l’histoire des inspectrices du travail, en ce sens, est éclairante parce qu’on y rencontre des discriminations entièrement institutionnelles, alors que l’on se trouve au ministère du Travail, censé faire appliquer la loi ! L’histoire des femmes, de leur place sur le marché du travail sert clairement à faire avancer les choses : dans mes conférences, j’explique aux femmes et aux hommes (parce qu’ils sont inclus dans l’affaire), pourquoi et comment on en est arrivé là. Une discrimination datant de la fin du XIXe siècle a encore des répercussions au début du XXIe siècle, il en reste des traces parce que le collectif a sa propre mémoire, ce qui fait que même de nos jours, malgré les immenses changements, le féminin continue à rester inférieur au masculin.

regarder les sujets de recherche avec « les lunettes genrées »

Qu’en est-il au sein de la recherche ? Les thématiques autour de l’histoire des femmes sont-elles marginales ou en développement ?

Il y a vingt ans, c’était un sujet marginal qu’on avait du mal à imposer. Depuis, ce domaine de recherche s’est institutionnellement développé. Il manque encore des enseignants et des enseignantes spécialisé·es, et il n’y a pas assez d’obligations de travailler sur l’histoire des femmes et sur l’organisation genrée des sociétés, par exemple dans les formations des professeur·es des écoles. Le fait d’avoir abandonné les ABC de l’égalité, de n’avoir pas imposé aux futur·es professeur·es des écoles de suivre des cours sur ce qu’est le genre, ce qu’est l’histoire des femmes, est un très mauvais point pour l’avenir… Néanmoins, je pense que ce qui est rentré dans les habitudes académiques, parmi les jeunes générations d’historien·nes, sociologues, anthropologues, c’est de regarder les sujets de recherche avec ce que j’appelle « les lunettes genrées ». Ne pas quitter les lunettes genrées, repérer les représentations du masculin et du féminin, repérer la place des hommes et celle des femmes… Aujourd’hui, des jeunes chercheur·es viennent sur ce champ et portent un regard genré : des sociologues travaillent sur les hommes féministes, d’autres sur ce que c’est qu’être du côté du masculin, etc. C’est plus socialement audible qu’il y a vingt ans, et il y a aussi l’impact des journaux, en France et dans le reste de l’Occident, qui aident à faire appliquer les lois pour lutter contre le sexisme. La presse actuelle traite davantage au quotidien ces questions, qui ne sont plus réservées à la journée du 8 mars : les droits des femmes, l’égalité professionnelle, les affaires de harcèlement sexuel… Il y a nettement une sensibilisation de la société à la question de la place des femmes dans la société et ce dans tous les registres.

Le travail des femmes : bibliographie sélective

Les Femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes, XIXe-XXe siècles. Éditions Odile Jacob, 2002.

Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe, XIXe-XXIe siècles. Payot, 2010.

Les Inspectrices du travail, 1878-1974. Le genre de la fonction publique. Presses universitaires de Rennes, 2016.

 

[1] Voir : le réseau Mage, devenu GDRE (groupement de recherche européen) du CNRS
[2] Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 7, rue Docteur Chaussier - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 4 rue des Hibiscus, Kavani M'Esatere, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 00.02.62.90.27.72
Fax : 00.02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Description à compléter par nos services.
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen +

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Refondation

Le blog de la reconstruction de l’école
Accéder au site internet

Campus

Le blog de l’enseignement supérieur et de la recherche
Accéder au site internet

Raconter le travail

Raconter le travail aujourd’hui, pour mieux le connaître et partager son expérience.
Accéder au site internet

Numérique : quelle école, quels enjeux

Le numérique pour changer l’école
Accéder au site internet

Le corps enchaîné

Le blog EPS du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Le blog ASH

Une école inclusive pour une éducation inclusive
Accéder au site internet

Le blog AESH

Accompagner les enfants handicapés à l’école, c’est un vrai métier !
Accéder au site internet

Jeunesse, sports et cohésion sociale

Le blog de la CFDT à Jeunesse et Sports
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Sgen +, service d'info et de suivi de carrière

Description à compléter par nos services.
Accéder au site internet

Ressources professionnelles du Sgen-CFDT

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus
le SGEN-CFDT près de chez vous
Suivre le SGEN-CFDT sur les réseaux sociaux