CTU : les enseignants-chercheurs privés de débat sur la LPPR

Le ministère n’a pas jugé utile de recueillir l’avis du CTU (Comité technique des personnels de statut Universitaire) sur la loi de programmation pour la recherche (LPPR). Une réunion pour information s’est tout de même tenue le 2 juillet après deux reports de dates.

Alors que le CTU a une compétence exclusive pour l’élaboration ou la modification des règles statutaires relatives aux enseignants-chercheurs (EC) régis par le décret n° 84-431 du 6 juin 1984, le gouvernement a fait le choix de ne pas requérir l’avis de cette instance de « dialogue social » sur la LPPR. La raison invoquée est que les avis d’instances de niveau supérieur ayant été rendus – celui du Conseil supérieur de la Fonction publique notamment –, la consultation du CTU n’était plus nécessaire.

Par conséquent, aucun article de la loi n’a été soumis au vote des représentants des enseignants-chercheurs, pas même celui qui introduit une nouvelle voie de recrutement  dans le corps des professeurs des universités par l’instauration des Chaires de Professeur Junior (CPJ – article 3).

Une parodie de dialogue social

La première convocation du CTU, qui devait initialement se tenir le 22 juin, portait comme unique point à l’ordre du jour la LPPR. À l’occasion d’un échange informel avec la DGRH au sujet de l’envoi de ses amendements, le Sgen-CFDT a découvert que le ministère n’avait pas l’intention de recueillir un vote du CTU et a pris connaissance des raisons pour lesquelles ce vote  était considéré comme inutile.

Suite au décalage du CTMESR, nous avons été avertis que le CTU était décalé d’une semaine et reporté au 29 juin. Un nouvel ordre du jour nous a alors été adressé, précisant que la présentation de la loi se faisait « pour information » (donc sans avis à donner).

Sur le plan symbolique ainsi que sur le plan réglementaire, le Sgen-CFDT a considéré que cette absence de recueil d’avis était inacceptable et l’a fait savoir dans un communiqué de presse. En effet, le texte régissant le CTU parle bien des « règles statutaires relatives aux EC régis par le décret de 1984 » et non pas des « règles statutaires exposées dans le décret de 1984 ». Autrement dit, toute règle statutaire touchant les EC des corps officiels de Maître de conférences (MCF) et de Professeur des universités (PU) est concernée. Or, une règle établissant qu’il est désormais possible de recruter un PU sans passer par un comité de sélection, est bien une règle statutaire. Ou alors, cela signifierait que la formulation étrange de la LPPR permettrait une titularisation des CPJ dans « un corps de professeurs » qui n’est pas celui des « professeurs des universités ». S’agirait-il de la création d’un nouveau corps de professeurs spécifique, et qui ne serait pas régi par le décret de 1984 ? Comme nous refusons de verser dans la sur-interprétation, nous considérons qu’il eût été nécessaire de requérir l’avis du CTU, au moins sur ce point.

La réunion du CTU s’est finalement tenue le jeudi 2 juillet (faute de quorum le 29 juin) et fut l’occasion pour nos élus de faire entendre leur mécontentement. Une déclaration liminaire a été lue puis transformée en vœu soumis au vote du CTU, vote qui a recueilli l’unanimité moins une abstention.

Déclaration et vœu lus et proposés par les élus du Sgen-CFDT

La LPPR n’est pas la loi de programmation pluriannuelle que la communauté universitaire appelait de ses vœux pour refinancer la recherche et l’enseignement supérieur.

D’abord parce que la programmation à proprement dite n’est pas à la hauteur des besoins ni des enjeux révélés par la crise sanitaire.

L’objectif de porter à 3% du PIB les dépenses de R&D – qui a été réaffirmé par la stratégie de Lisbonne en mars 2000 (horizon 2010) mais qui était déjà présent dans un ouvrage du Commissariat général du Plan édité en 1964 pour l’horizon 1985 –, est repoussé à la décennie d’après 2030 !

Le rapport annexé (p. 4) cite les pays qui ont d’ores et déjà atteint ou dépassé les 3%, dont l’Allemagne (3%), le Japon (3,2%) ou la Corée du Sud (4,5%) et qui visent désormais des objectifs supérieurs (respectivement 3,5%, 4% et 5%).

Si l’on considère les annonces récemment faites par l’Allemagne concernant l’effort supplémentaire qu’elle prévoit en matière de recherche pour l’après Covid19, les « ambitions » affichées par la LPPR ne permettront pas d’éviter le décrochage de la France.

Ensuitecette loi de programmation de la recherche ne fait aucune mention du lien Formation/Recherche, ce qui est un non sens !

Le décrochage de l’enseignement supérieur (sous encadrement chronique, démographie étudiante, conséquences de la crise sanitaire en matière d’accueil et de pédagogie, etc.) obèrera inévitablement la capacité de recherche. Qu’en est-il de l’objectif de 2% du PIB pour l’Enseignement supérieur affiché par la StraNES ? Plus rien n’est dit sur ce sujet pourtant crucial !

Cette loi de programmation de la recherche ne fait aucune mention du lien Formation/Recherche, ce qui est un non sens !

L’accentuation de la rupture du lien Formation/Recherche est aggravée par l’ajout de nouveaux dispositifs contractuels (CPJ, CDI de mission, pléthores de CDD…) qui vont parachever une bascule totale en faveur de l’activité recherche au détriment des autres missions que les établissements et personnels de l’enseignement supérieur public ont à assurer au service des usagers et de la nation. Le métier d’enseignant-chercheur s’en trouvera encore plus dévalorisé et profondément dénaturé.

Le programme 172 est donc le principal bénéficiaire de l’effort budgétaire du fait des financements attribués à l’ANR. Pour le programme 150, la programmation ne concerne que les incidences budgétaires qui découlent de la loi. Ainsi, l’effort budgétaire consenti sur ce programme servira d’abord à financer les dispositifs RH nouveaux prévus par la loi (cf. rapport annexé p. 40).

Quant aux revalorisations annoncées, elle représentent une enveloppe de 92M€ / an pour l’ensemble des personnels du périmètre EPSCP, EPST, EPIC pendant toute la durée de la programmation, y compris pour ceux qui seront recrutés dans le cadre des dispositifs prévus. Cette revalorisation ne portera que sur l’indemnitaire et restera très insuffisante en regard du retard considérable que les personnels de ce secteur accusent par rapport à l’ensemble de la Fonction publique. Aucune revalorisation des grilles indiciaires n’est par ailleurs prévue (p. 17) alors que le niveau de vie de ces personnels s’est effondré ces dernières décennies.

Le CTU ne peut que regretter que ce projet de loi s’inscrive dans la continuité des politiques conduites en matière d’ESR depuis une quinzaine d’années : des politiques de dérégulation systématique, privilégiant la concurrence à la coopération et généralisant la précarité dans l’emploi scientifique.

Enfin, cette loi aura totalement délité le dialogue social en poussant à son paroxysme le mépris des représentants du personnel siégeant dans les instances ministérielles, en particulier le CTU qui aura été particulièrement malmené dans cette séquence de pseudo consultations conduites à la hussarde.

Le CTU aura été particulièrement malmené dans cette séquence de pseudo consultations conduites à la hussarde.

Non, définitivement non, la LPPR n’est pas ce que la communauté universitaire, et en particulier les EC, espérait pour que l’ESR du jour d’après ne soit pas un retour aux jours d’avant.

Les organisations représentées au CTU émettent le vœu que le gouvernement sorte du calendrier infernal dans lequel il s’est engagé pour la LPPR et reprenne un vrai dialogue social pour répondre aux attentes des personnels de l’enseignement supérieur, notamment des EC, et aux besoins de l’ESR pris dans son ensemble.

VOTE : UNANIMITÉ moins UNE abstention (UNSA)

Le 1 pour 1 : pas acceptable en l’état

Un paragraphe spécifique sur la négociation ouverte autour du dispositif dit du 1 pour 1 figurait dans la déclaration liminaire mais il a été retiré dans la version soumise au vote du CTU à la demande des organisations syndicales qui ne participent pas à cette discussion.

Devant une opposition quasi unanime, la ministre a pris des engagements devant les membres du CNESER, en particulier sur les articles 3 et 5. Ces engagements, en particulier celui dit du 1 pour 1 ne rendent pas le dispositif des Chaires de Pr Junior acceptable et nous resterons extrêmement vigilants vis-à-vis des conséquences que cela pourrait avoir sur l’avenir des MCF et des chargés de recherche (CR). En effet, telle que formulée pour l’instant, la proposition de transformation d’un poste de MCF en PU par la voie du 46.3 sans création de poste de MCF à proportion, ne peut qu’accélérer la mise en extinction du corps concerné (idem pour celui des CR). En l’état, cette proposition n’est pas acceptable !

La simplification du contentieux sur le recrutement des EC

Le SNESUP-FSU a déposé 3 vœux dont un correspondant à la suppression d’un certain nombre d’articles de la LPPR. Le Sgen-CFDT s’est positionné conformément aux votes réalisés en CNESER. Nos élus ont donc voté en faveur de la suppression des articles 3, 5, 8, 14, 17 et 19 et se sont abstenus sur les articles 4, 12 et 13.

Le Sgen-CFDT a déposé, en séance, un vœu de retrait de l’article 20. Bien que cet article relève du droit du contentieux, il pose problème : sous couvert de simplification, il limite les possibilités de recours en liant l’ensemble des décisions comme concourant à l’acte final de nomination qui resterait le seul susceptible de recours. Or, les décisions qui interviennent dans un processus de recrutement d’enseignant-chercheur relèvent de plusieurs instances souveraines et ne sont pas toujours de même nature. Par exemple, la décision du CAC restreint relative aux demandes de mutations pour priorités légales (rapprochement de conjoints, situation de handicap) intervient en amont du comité de sélection soit relativement tôt dans la procédure. Elle doit rester opposable, y compris par la voie d’un référé.

La décision du CAC restreint relative aux demandes de mutations pour priorités légales doit pouvoir faire l’objet d’un recours

Le Sgen-CFDT demande un renforcement du contrôle de légalité sur les décisions des instances universitaires en matière de recrutement car il y a beaucoup de décisions douteuses qui ne sont pas contestées par les collègues qui craignent de compromettre leur avenir.

L’ensemble des organisations syndicales a souhaité s’associer à cette proposition de retrait de l’article 20 (sauf SUD) et le vœu a été voté à l’UNANIMITÉ du CTU.

In fine, la réunion du CTU sur un sujet aussi crucial que celui de la LPPR aura été expédiée en un peu plus de deux heures.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 6, Rue Mon Désert - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus