Quelles politiques d’orientation pour demain ? par Vincent Troger

À partir du tableau de l'évolution de notre système éducatif depuis la démocratisation de l'enseignement, Vincent Troger présente trois manières d'envisager la place du baccalauréat dans le parcours d'études et de formation des jeunes générations.

Vincent Troger

Une version courte de ce texte a paru dans le dossier « Travailler en lycée aujourd’hui » de Profession Éducation #269 – Juin-juillet 2019.

Maître de conférences en sciences de l’éducation, Vincent Troger enseigne à l’École supérieure du professorat et de l’éducation de l’université de Nantes, et est chercheur au Centre de recherche en éducation de Nantes (Cren).

Il a récemment publié deux tribunes (accès réservé aux abonnés) dans le journal Le Monde :

• « L’enseignement optionnel au lycée, de Pierre Bourdieu à Jean-Michel Blanquer ».

• « Le blues des conseillers d’orientation ».

(Cf. ci-dessous Ressources complémentaires)

Le baccalauréat, de la démocratisation à la massification

En un demi-siècle, l’enseignement secondaire français a radicalement changé de nature. Jusqu’au milieu des années 1960, il était organisé pour accueillir en 6e une minorité de très bons élèves de l’école primaire et les conduire dans un confortable entre-soi aux études supérieures et à des statuts socioprofessionnels privilégiés. Aujourd’hui, il doit non seulement accueillir la totalité des jeunes jusqu’à seize ans, mais aussi les 91 % d’entre eux qui continuent leurs études dans les lycées généraux et technologiques ou professionnels. Un chiffre suffit à illustrer cette mutation radicale : en 1970, 17 % d’une classe d’âge obtenait un baccalauréat général et 4 % un baccalauréat technologique ; ces proportions sont aujourd’hui respectivement de 41 % et 16 %, auxquels s’ajoutent 22 % de bacheliers professionnels.

Les spécificités du système éducatif français

histoire du système éducatif Vincent TrogerUne telle mutation a en France de lourdes conséquences en raison de deux caractéristiques spécifiques de notre système scolaire et universitaire. La première est que le baccalauréat n’est pas un diplôme de fin d’études secondaires mais le premier diplôme universitaire. Il donne ainsi de droit accès à l’université, ce qui impose à l’enseignement supérieur d’offrir une place à chaque bachelier. La seconde est que les formations par apprentissage sont très faiblement développées (5 % d’une classe d’âge) et qu’il n’existe donc que peu d’alternatives aux parcours scolaires pour se former au-delà de la scolarité obligatoire.

la croissance du nombre de bacheliers pèse directement sur l’enseignement supérieur

Autrement dit, la croissance du nombre de bacheliers pèse directement sur l’enseignement supérieur. Ce dernier a ainsi été contraint ces dernières années d’augmenter ses effectifs d’étudiants bien au-delà des capacités du marché du travail à les absorber à hauteur du niveau d’études atteint. Rappelons en effet que les structures de l’emploi en France n’offrent pour l’instant que 17 % d’emplois de cadres et 26 % de professions intermédiaires, soit un total de 43 % d’emploi dont on peut estimer qu’ils correspondent à un niveau d’études supérieures. Total bien inférieur aux 57 % de bacheliers généraux et technologiques, d’autant qu’une proportion non négligeable de bacheliers professionnels réussissent en BTS et peuvent ambitionner une profession intermédiaire.

C’est pour cette raison qu’a été créé en 2009 le premier dispositif de gestion de l’orientation post bac (APB). Devant la croissance du nombre de bacheliers la régulation des flux d’étudiants était devenue problématique, d’autant qu’en réduisant la même année le cursus du baccalauréat professionnel de quatre à trois ans, une nouvelle croissance du nombre de bacheliers était attendue. Croissance qui s’est effectivement produite puisque le seuil des 80 % de bacheliers est aujourd’hui atteint alors qu’en 2009 le taux de bacheliers n’était encore que de 65 %.

le seuil des 80 % de bacheliers est aujourd’hui atteint

On voit ainsi dans quelles tensions sont prises les politiques d’orientation, et sur quels leviers il est éventuellement possible d’agir.

Quelles stratégies d’orientation en fonction du statut donné au baccalauréat

Le baccalauréat, premier diplôme universitaire…

Si le statut du baccalauréat comme premier diplôme universitaire est conservé, il faut tenter de piloter l’orientation post-bac de manière à fluidifier les parcours étudiants. Une des solutions est de diversifier les options du  bac en amont et de mettre en oeuvre des critères de sélection explicite en aval afin de faire mieux correspondre l’offre et la demande. La distribution des flux de bacheliers vers l’enseignement supérieur serait ainsi plus rationnelle et plus juste et diminuerait les échecs massifs en première année d’université. On peut penser que telle est la logique des réformes en cours du lycée et de parcours sup.

le bac pro Vincent TrogerMais ce projet se heurte à un obstacle majeur. En effet, les filières de l’enseignement supérieur français sont en matière d’accueil des étudiants profondément inégalitaires. D’un côté existent des filières traditionnellement sélectives qui sont en mesure de choisir leurs étudiants, quel que soit leur niveau : BTS, IUT, instituts de sciences politiques, classes préparatoires, écoles de commerce, médecine, etc. De l’autre les filières universitaires sont en fait les seules sur lesquelles pèse l’obligation d’accueillir tous les étudiants. Autrement dit, pour que la réforme du bac associée à celle des critères de sélection à l’entrée du supérieur améliore vraiment l’orientation post bac, il faudrait, d’une part, bouleverser des décennies de traditions sélectives dans les filières qui y sont autorisées, et d’autre part que les choix d’options soient également réparties entre les lycées pour atténuer la hiérarchie qui existe actuellement entre les lycées dit « de centre ville » et les autres. On peut évidemment craindre qu’une telle évolution soit longue et douloureuse.

Le baccalauréat, diplôme de fin d’études secondaires…


L’autre option, plus radicale, consisterait à abroger le statut de premier diplôme universitaire du baccalauréat
. Les programmes de lycées pourraient dès lors être libérés de la contrainte universitaire, assumer leur fonction d’apprentissage et d’éducation de masse dans la continuité du collège, et être pensés en termes de socle commun de connaissance associé à des systèmes d’options répondant aux demandes des élèves. Le bac n’étant plus un droit d’entrée automatique dans le supérieur, les universités seraient, à l‘égal des filières sélectives, en droit d’énoncer des critères explicites de recrutement de leurs étudiants. Mais on voit évidemment l’énorme difficulté que poserait ce choix : dans un pays où le chômage des jeunes peu ou pas diplômés est très élevé et où les formations par apprentissage sont extrêmement réduites, que deviendraient les flux d’étudiants qui aujourd’hui s’essayent à plusieurs filières de formations supérieures, alternent emplois précaires et formations, multiplient les expériences diverses et finissent au bout de ce  « cheminement » par trouver leur voie ?

Étendre les missions des universités…

Une troisième option serait de maintenir la situation actuelle mais en se donnant les moyens d’assumer pleinement le double rôle qui est désormais celui des universités : continuer à délivrer un enseignement de haut niveau fondé sur les activités de recherches des universitaires, et simultanément accueillir des publics de niveaux hétérogènes dont certains ont choisi l’université par défaut parce qu’ils n’ont pas été acceptés dans les filières sélectives. Cette option nécessiterait d’abord un effort budgétaire pour offrir aux étudiants des taux d’encadrement et des conditions de travail décents dans les premières années universitaires. Elle impliquerait ensuite une réflexion en profondeur sur l’organisation des deux premières années de licence, notamment pour éviter de confronter les étudiants à des enseignants chercheurs ou à des doctorants parfois sans expérience pédagogique et qui délivrent des savoirs directement issus de la recherche difficiles à appréhender sans une culture initiale assez solide. Il s’agirait de penser des années de transition plus généralistes, centrées sur les méthodes de travail et assurées par des enseignants formés pour le faire. Cette solution impose aussi de renoncer à finaliser les études supérieures exclusivement en fonction de leurs débouchés professionnels et à leur reconnaître un sens en termes d’accomplissement personnel.

Un nouveau baccalauréat… et après ?

il conviendrait que les décideurs fassent preuve devant la complexité des problèmes posés de sagesse et d’humilité

Ces options ne sont pas nécessairement exclusives l’une de l’autre. Surtout, on voit qu’on ne peut pas tenter d’améliorer les trajectoires scolaires et universitaires de la jeunesse française en faisant l’économie d’une réflexion sur les sens multiples des études dans la société contemporaine : entre voies sélectives professionnalisées et études généralistes à visée culturelle, il convient sans doute de penser une pluralité de trajectoires possibles pour laisser à chacun le temps de s’accomplir ou de changer d’itinéraire. En tout état de cause, il conviendrait que les décideurs fassent preuve devant la complexité des problèmes posés de sagesse et d’humilité.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus