L’attractivité du métier enseignant : une question de politique publique

Publié le jeudi 7 décembre 2017 par Laurent Alexandre
Un dossier pour éclairer les débats à venir sur les questions de gouvernance et de formation

La réunion du comité plénier du dialogue social européen sectoriel de l’éducation du 23 novembre a notamment mis une nouvelle fois en évidence que le problème de l’attractivité du métier enseignant était une question qui préoccupe non seulement la France mais aussi tous les pays de l’Union européenne. Un défi majeur pour le dialogue social doit bien être de « remédier aux pénuries de recrutement dans l’éducation en transformant la profession d’enseignant sur une base de professionnalisme, d’aspiration, de travail d’équipe, et d’opportunités de carrière », pour reprendre les propos du Comité Syndical Européen de l’Éducation (CSEE).

Pour bien comprendre...

  • L’éducation nationale manque d’enseignants
  • Les raisons de la désaffection croissante pour le métier de professeur
  • Un métier sous tension dans de nombreux pays
  • Quel partage des compétences entre pouvoir central et pouvoirs locaux ?

L’Éducation nationale manque d’enseignants

Tous les postes n’ont pas trouvé preneurs en 2017. Les données statistiques des concours pour devenir professeur1 apportent des informations plutôt contrastées sur la situation du recrutement. Ainsi, à la session 2017, 12 932 candidats ont été déclarés admis aux concours de recrutement de professeurs des écoles (CRPE) de l’enseignement public et 1 999 candidats ont été inscrits sur liste complémentaire. Mais au concours externe de recrutement de professeur des écoles (CERPE), sur les 11 722 postes offerts, seuls 11 241 candidats ont été finalement admis. Selon l’expression consacrée, le concours de professeur des écoles n’est plus « saturé » dans les académies de Créteil et de Versailles pour la deuxième année consécutive. Autre élément significatif, sur les 71 832 candidats inscrits au CERPE, seuls 29 010 candidats se sont finalement présentés aux épreuves d’admissibilité.

Pour le CAPES, même constat. En 2017, 8 500 postes étaient offerts aux concours du Capes de l’enseignement public (hors concours réservé). 49 382 candidats se sont inscrits et 25 148 se sont présentés aux épreuves d’admissibilité. 13 516 candidats ont été admissibles et 7 149 admis : les disciplines « arts plastiques », « éducation musicale et chant choral », « allemand », « anglais », « lettres classiques », « lettres modernes » et « mathématiques » sont déficitaires.

Ce déficit de titulaires conduit mécaniquement à l’arrivée de nombreux contractuels. L’Éducation nationale emploie maintenant environ 30 000 enseignants non titulaires pour occuper les postes vacants ou faire des remplacements. Sous le statut de « contractuels » (ou, jusqu’en 2016, de « vacataires »), ils représentent une proportion grandissante des enseignants du second degré (7,5% de l’ensemble des effectifs) et sont en augmentation dans le premier degré.

La baisse des postes aux concours dans le second degré ne va rien arranger

L’Éducation nationale a fait le choix de réduire la voilure pour la session 2018. La publication au Journal officiel le 29 novembre des postes pour tous les concours externes du second degré témoigne d’une baisse généralisée de 20% en moyenne, alors même que le nombre d’élèves attendus à la rentrée prochaine dans les collèges et les lycées va augmenter de presque 20 000 jeunes. Les postes mis aux concours internes sont préservés. Pour le concours de professeur des écoles, il faut encore attendre.

Pour l’entourage du ministre, la baisse devait correspondre aux postes non pourvus aux concours en 2017. En réalité elle va bien plus loin que cela : pour le Capes externe, par exemple, 6011 postes ont trouvé preneur en 2017 et il n’y a que 5 833 postes offerts en 2018. L’ajustement aux réalités de recrutement des postes en 2017 n’est pas fait non plus et il ne pouvait l’être : comment réduire les postes dans les disciplines comme les lettres, les mathématiques et l’anglais qui sont déjà gravement déficitaires ? On peut faire alors l’hypothèse que malgré la baisse des postes au concours, il y aura encore des postes non pourvus en 2018.

Les raisons de la désaffection croissante pour le métier de professeur

Le constat d’une pénurie d’enseignants qualifiés et d’une faible attractivité du métier d’enseignant attise les débats sur la qualité de l’éducation en France. Faute de candidats suffisants et dans la mesure où certains concours ne sont plus assez sélectifs, la qualité des stagiaires recrutés est immédiatement posée. Là encore, on peut faire l’hypothèse qu’elle le sera à nouveau pour la session de 2018. Il n’en faut pas moins aux détracteurs de l’universitarisation de la formation des enseignants pour remettre en cause le modèle actuel de formation dans les ÉSPÉ : l’augmentation du niveau de recrutement serait la cause majeure de la désaffection croissante pour le métier de professeur. Pierre Périer, professeur des Sciences de l’éducation à l’Université de Rennes 2 et auteur d’une étude pour le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) sur l’attractivité du métier d’enseignant apporte des éléments plus nuancés2.

– Les postes à pourvoir ont augmenté extrêmement vite ces cinq dernières années en raison de la promesse tenue du président Hollande en 2012 de rétablir une formation initiale et de recréer environ 54 000 postes d’enseignants dans l’Éducation nationale. Cette croissance très rapide a eu pour conséquence immédiate que les effectifs des candidats et la qualité des candidatures n’ont pas toujours suivi : il faut à la fois du temps et un vivier suffisant pour orienter et former des étudiants aux métiers de l’enseignement et de l’éducation. Répondre à l’urgence du recrutement causée par la posture idéologique du président Sarkozy de ne pas remplacer le départ d’un fonctionnaire sur deux (suppression de 80 000 postes dans l’Éducation nationale entre 2007 et 2012) a nécessité de recruter avec une assiette de niveau plus large. Ce qui n’est pas valable partout. Si les académies les moins attractives comme Créteil, Versailles, Amiens ou Reims sont les premières à manquer de candidats de bon niveau, dans le privé comme dans le public, à l’inverse, à Rennes, où le niveau scolaire est parmi les plus élevés de France, seuls 20 % des postulants sont admis dans les ÉSPÉ en master MEEF « Professeur des écoles », ce qui garantit un excellent niveau académique des jeunes enseignants du primaire. Cette académie bénéficie d’un contexte social plutôt favorisé, elle produit de bons bacheliers, qui vont devenir de bons enseignants et de bons candidats. « C’est un cercle vertueux », analyse Nathalie Mons, la présidente du Cnesco.

– Le recrutement d’enseignants plus faibles pourrait être compensé si la formation continue était renforcée. Or, elle est terriblement absente. Quasi inexistante aujourd’hui, ou organisée pour répondre au coup par coup aux réformes en cours, la formation continue des enseignants, de l’avis des chercheurs du Cnesco, aurait besoin d’une sérieuse relance, et d’un caractère obligatoire.

attractivite metiers enseignants– Les bas salaires sont aussi un des facteurs qui expliquent le manque d’attractivité du métier d’enseignant. Dès qu’on regarde les débuts de carrières comparativement à d’autres pays d’Europe, les enseignants débutants français sont plutôt mal classés même si cela s’améliore au cours de la carrière. L’affectation des professeurs débutants dans des académies souvent éloignées de leur domicile et où les frais induits de logement et de transport sont souvent élevés, en particulier en Île-de-France, renforce la paupérisation des enseignants. Alors que le niveau de recrutement demande maintenant un bac+5 tout à fait légitime au XXIème siècle dans le cadre d’une société apprenante, de nombreux candidats préfèrent finalement s’orienter vers des secteurs mieux rémunérés.

– La question de l’attractivité renvoie également au statut même des enseignants que ces derniers ressentent comme dévalorisé. L’enquête TALIS 20133 a souligné le sentiment qu’ont les enseignants d’une faible valorisation de leur métier par la société : en moyenne, seulement un quart des enseignants estime leur métier suffisamment reconnu. Il est grand temps de revaloriser l’image des enseignants.

Un métier sous tension dans de nombreux pays

Dans d’autres pays, la situation de pénurie est encore bien plus prononcée. Le phénomène de massification de la scolarisation, qui s’accentue au début du XXIème siècle, engendre une plus grande hétérogénéité des publics scolaires et provoque un besoin accru de nouveaux enseignants dans des proportions jamais atteintes. Le numéro d’avril 2017 de la Revue internationale d’Éducation de Sèvres, coordonné par Patrick Rayou, de l’université Paris 84, met en évidence, dans des contextes pourtant très différents (Rwanda, États-Unis, Argentine, Suisse, Niger, Shangaï, France, Finlande), une exigence commune de professionnalisation, qui demeure paradoxale pour de multiples raisons. Les auteurs soulignent aussi l’importance cruciale de l’accompagnement dans l’établissement scolaire et l’enjeu politique du développement professionnel des enseignants. Dans de nombreux pays, on observe une diversification des parcours des enseignants débutants et un phénomène de décrochage professionnel, en lien avec les conditions matérielles et symboliques d’exercice du métier. Les réorganisations en cours du métier d’enseignant, montrées par les contributions, révèlent, de fait, les modèles politiques d’éducation des sociétés contemporaines.

À ce contexte particulier, les pouvoirs publics répondent par des réformes de la formation et de l’accès au métier. Une autre étude comparative des systèmes éducatifs en Angleterre, aux Pays-Bas et en Suède5 relève des logiques différentes : exigences de qualité renforcées en Suède et aux Pays-Bas, élargissement des viviers de recrutement dans le cas de l’Angleterre. Plus globalement, les réformes engagées dans les pays de l’OCDE afin de rendre les enseignants de plus en plus comptables de la réussite éducative de leurs élèves confèrent un rôle stratégique de gestionnaire aux administrations locales. Ces réformes ne semblent toutefois pas exercer d’effets sensibles sur la revalorisation collective du statut d’enseignant et se heurtent à des enjeux de légitimation. La profession enseignante évolue dans un contexte de renouvellement profond de la gouvernance publique, classiquement désignée par le terme de New Public Management (nouvelle gouvernance publique). Les auteurs de l’étude soulignent que deux principales tendances se démarquent aujourd’hui dans l’éducation en Angleterre, aux Pays-Bas et en Suède. « D’une part, la décentralisation du système éducatif amorcée il y a quelques décennies se poursuit, tout en rivalisant avec un retour de l’État de plus en plus affirmé, notamment dans le domaine des programmes scolaires et de l’évaluation des établissements. De l’autre, un brouillage des frontières entre les secteurs public et privé dans le financement et la gestion de l’éducation est à l’œuvre. Le métier d’enseignant y est profondément marqué par ces dynamiques. » La France se rapproche-t-elle de ces orientations ? Les déclarations de Jean-Michel Blanquer au printemps dernier sur sa volonté de confier davantage d’autonomie aux acteurs éducatifs et de s’inspirer de la gestion des établissements privés tout en relançant des évaluations nationales conçues comme un outil de pilotage indiquent une volonté manifeste de s’inscrire dans cette nouvelle forme de gouvernance publique.

« La professionnalisation du métier peut difficilement s’exonérer d’une forme d’adhésion des enseignants eux-mêmes aux réformes qui la portent »

attractivite metiers enseignantsLe partage de plus en plus complexe des compétences en éducation entre pouvoir central et pouvoirs locaux est très certainement le défi majeur sur lequel nous aurons à nous prononcer. L’objectif du Sgen-CFDT est bien de transformer le système éducatif mais pour qu’il soit moins élitiste, plus équitable et plus efficace pour les élèves, tout en améliorant les conditions de travail des personnels. Les auteurs de la dernière étude citée concluaient que « la professionnalisation du métier peut difficilement s’exonérer d’une forme d’adhésion des enseignants eux-mêmes aux réformes qui la portent ». C’est sur ce principe que le Sgen-CFDT entend bien peser dans les débats à venir autour des questions d’autonomie, de gouvernance, de formation et de recrutement.

————

1 L’ensemble des données statistiques des concours pour devenir enseignant (CRPE, agrégation, Capes, Capeps, Capet, Caplp) depuis 2008 sont disponibles sur le site du MEN

4 « Les enseignants débutants », Revue internationale d’éducation, Sèvres, CIEP, n°74, avril 2017

5 « Le métier d’enseignant en Angleterre, aux Pays-Bas et en Suède : les voies sinueuses d’une professionnalisation » Florence Lefresne et Robert Rakocevic, MENESR-DEPP, mission aux relations européennes et internationales, in Les enseignants : professionnalisation, carrière et conditions de travail, Éducation & Formation, n°92, décembre 2016, p. 7-34.

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus
le SGEN-CFDT près de chez vous
Suivre le SGEN-CFDT sur les réseaux sociaux