Les équipes pluricatégorielles à l’ÉSPÉ : une partition difficile à orchestrer

Pour le Sgen-CFDT, promouvoir nos métiers, c'est défendre les collectifs de travail, pluri-professionnels, pluri-catégoriels et pluridisciplinaires, au sein desquels ils s'exercent. Ceux-ci doivent être reconnus et confortés.

Les équipes pluricatégorielles à l’ ÉSPÉ : une partition difficile à orchestrerÉTAT DES LIEUX

ATER, CPC, CPE, FA, IA-IPR, IEN, MCF, PEMF, PRAG, PREC, PRCE, PU [1]… Loin d’être exhaustif, cet inventaire à la Prévert dresse un panel assez représentatif des personnels enseignants et enseignants-chercheurs susceptibles d’intervenir dans un des parcours du master MEEF, au moins pour les mentions préparant aux différents métiers de professeur, de documentaliste et de conseiller principal d’éducation (CPE) [2].

La mastérisation de la formation des enseignants en 2010 et la création des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ) en 2013 ont profondément bouleversé les modalités de recrutement et de formation des enseignants et des CPE. À tel point que l’alchimie peine encore à produire les effets espérés et nombreux sont les collègues enseignants du premier et du second degré qui s’interrogent sur leur devenir professionnel à l’université dans le cadre de ce master.

Les personnels affectés dans les ÉSPÉ sont majoritairement des enseignants du premier ou du second degré…

Les ÉSPÉ ne sont pas les IUFM (instituts universitaires de formation des maîtres, de 1990 à 2013) mais c’est bien l’intégration des IUFM à l’université en 2007 qui a permis de jeter les bases de la mastérisation, d’une part, et, d’autre part, de constituer l’essentiel des équipes de formateurs qui interviennent aujourd’hui à l’ÉSPÉ dans les masters MEEF : les personnels affectés dans les ÉSPÉ sont majoritairement des enseignants du premier ou du second degré (68% en 2015) alors que les enseignants-chercheurs ne représentent que 32% (5% de PU et 27% de MCF) [3].

Les conditions d’exercice en IUFM des personnels des premier et second degrés étaient d’autant plus faciles à réglementer que le statut d’établissement public à caractère administratif (EPA) des IUFM laissait la possibilité d’affecter à temps plein ces catégories de personnels et que leur intervention était alors recherchée, en particulier pour les enseignants du premier degré : « Les nouvelles orientations sur la rénovation de la formation des maîtres doivent se traduire par une plus grande diversification des catégories de formateurs en IUFM et une intervention accrue des personnels du premier degré, dont les instituteurs et professeurs des écoles maîtres-formateurs, aux côtés des enseignants du second degré et des enseignants-chercheurs » [4].

Aujourd’hui, les modalités de formation sont tout autres et l’universitarisation de la formation des enseignants, des CPE et des documentalistes nécessite l’adossement des masters à des laboratoires de recherche et la présence accrue d’enseignants-chercheurs.

EspéQuid de l’avenir des PRAG, PREC et PRCE dans les ÉSPÉ ? Quelle reconnaissance de leur identité professionnelle ?

 

Un no man’s land statutaire…

 

La problématique n’est pas la même entre les enseignants du premier degré (PREC) et les enseignants du second degré (PRAG, PRCE et assimilés).

Les professeurs des écoles (PE) n’ont toujours pas la possibilité d’être affectés dans un établissement de l’enseignement supérieur, malgré l’engagement pris il y a déjà quinze ans.[5] Le décret n’est jamais paru, ce qui n’a pas empêché de nombreux IUFM entre 2002 et 2007, date de leur intégration dans une université, de recruter des professeurs des écoles pour former des étudiants et des stagiaires du premier degré.

On estime encore autour de 200 le nombre de PREC dans cette situation de « no man’s land statutaire ». À l’absence de reconnaissance institutionnelle s’ajoute le problème de l’avancement dans la carrière et de la rémunération.

Le système de notation des professeurs des écoles diffère de celui des certifiés et des agrégés et les PE ne peuvent être évalués que par un inspecteur du premier degré (IEN). Pas de note administrative, juste une note pédagogique après inspection, laquelle est inenvisageable pour des PREC exerçant à l’université.

 

Permettre un rattrapage de carrière pour les collègues

 

Avant la mise en œuvre du protocole « parcours professionnels carrières et rémunérations » (PPCR), le changement d’échelon se faisait alors le plus souvent à l’ancienneté, entraînant des retards dans l’accès à la hors classe.

L’amélioration du déroulement de carrière que prévoit maintenant le PPCR, en particulier l’accès à la classe exceptionnelle pour un exercice dans l’enseignement supérieur d’au moins huit ans, pourrait permettre un rattrapage de carrière pour ces collègues. Il n’en demeure qu’ils n’ont toujours pas la possibilité d’être affectés à l’université.

Seule une mise à disposition renouvelable chaque année est possible pour les faire intervenir à l’ÉSPÉ, en service partagé ou à temps plein mais sans garantie alors de conserver leur poste classe. Ce sont là des conditions de travail inacceptables et qui ne favoriseront pas l’intervention des collègues du premier degré en formation initiale.

L’administration n’a d’autres solutions à leur offrir que de les « détacher dans un autre corps » (sic). Le Sgen-CFDT est attaché au droit de tout fonctionnaire à une mobilité choisie, qu’elle soit géographique ou fonctionnelle. Des corps uniques, inscrits dans  une démarche d’analyse des besoins du public et des missions des personnels faciliteraient  grandement les mobilités de carrière.[6].

La situation des enseignants du second degré diffère de celle des PREC.

Nombreux à l’université [7], les PRAG et PRCE peuvent être affectés dans l’enseignement supérieur et exercer, en plus de leurs missions d’enseignement, des responsabilités administratives laissées parfois vacantes par des enseignants-chercheurs qui préfèrent, pour certains, se consacrer davantage à leurs activités de recherche.

Le rythme de leur avancement ne se fait pas nécessairement plus lentement que dans le secondaire (ils continuent à bénéficier de la notation administrative par le directeur de la composante) mais leur charge d’enseignement (384 HTD, comme les PREC) leur permet difficilement d’évoluer vers d’autres missions.

À l’ÉSPÉ, les enseignants du second degré sont des professeurs qui ont pu exercer au collège ou au lycée. Pour le parcours « Professeur des écoles » en particulier, ils forment les étudiants et les stagiaires à la didactique de l’ensemble des domaines disciplinaires enseignés à l’école primaire. La polyvalence qui caractérise le premier degré est limitée à la pluridisciplinarité qui la caractérise en particulier.

 

Des services partagés très contraignants

 

Les derniers recrutements privilégient les enseignants en service partagé pour répondre à la volonté de maintenir un lien fort entre ces intervenants et les terrains d’exercice des futurs enseignants dont ils assurent la formation. On sait que les services partagés sont extrêmement contraignants pour les collègues qui les vivent. Le temps de travail reste une question d’actualité, dans nos champs professionnels comme ailleurs.

Le Sgen-CFDT revendique, pour toutes les catégories de personnels, une référence au temps de service annuel fixé par les textes de la fonction publique.

« Plusieurs universités ont entrepris des plans plus ou moins ambitieux de transformation de la masse salariale en transformant les emplois du second degré en emplois d’enseignants-chercheurs. Accroître le potentiel d’enseignants-chercheurs (et donc celui de recherche pour l’université) par transformation des emplois d’enseignants affectés dans l’enseignement supérieur pour les ÉSPÉ s’accompagne, à masse salariale constante, d’une réduction importante du potentiel d’enseignements.

Prendre en compte les besoins en potentiel d’enseignements ne peut s’envisager qu’avec un engagement plus important des académies dans les projets académiques avec la mise en place d’un plan pluriannuel concerté au niveau national. L’ensemble des emplois concerne environ 2 700 enseignants et 1 300 enseignants-chercheurs. Inverser ces proportions supposerait de transformer 1 400 emplois d’enseignants en enseignants-chercheurs et de compenser 700 équivalents temps-pleins d’enseignants. » [8]

 

EspéRéussir l’universitarisation de la formation des enseignants

 

L’universitarisation de la formation des enseignants se gagnera par une plus forte mobilisation des enseignants-chercheurs mais sans nier le travail et le rôle des enseignants du premier et du second degré. Une formation professionnelle de niveau master requiert nécessairement la constitution d’équipes pédagogiques à la fois pluridisciplinaires, pluricatégorielles et pluri-institutionnelles.

La singularité de ces « équipes plurielles » nécessitera un renforcement de coopération entre les autorités de tutelles que sont le MEN et le MESRI sur l’objet maintenant partagé qu’est la formation des enseignants.

Pour le Sgen-CFDT, promouvoir nos métiers, c’est défendre les collectifs de travail, pluri-professionnels, pluri-catégoriels et pluridisciplinaires, au sein desquels ils s’exercent. Ceux-ci doivent être reconnus et confortés.

 

Glossaire

A.T.E.R : Attaché temporaire d’enseignement et de recherche. Recrutement par contrat à durée déterminée.

C.P.C : Conseiller pédagogique de circonscription. Dans l’enseignement primaire, il s’agit d’un professeur des écoles déchargé d’enseignant et qui exerce ses activités sous la responsabilité d’un inspecteur de l’éducation nationale (IEN) de circonscription. Dans l’enseignement secondaire, un conseiller pédagogique est un professeur, certifié ou agrégé, en charge du suivi d’un stagiaire affecté dans l’établissement.

Personnels C.P.E (Conseiller principal d’éducation), PRAG  (Professeur agrégé) et PRCE  (Professeur certifié) sont des enseignants du second degré affectés dans le supérieur. Certains emplois ouverts à l’affectation dans l’enseignement supérieur sont pourvus par des professeurs agrégés (PRAG), ou des professeurs titulaires du CAPES, du CAPET (PRCE) ou du CAPLP de l’enseignement public.

F.A : Formateur académique. Professeur certifié ou agrégé chargé d’enseignement et certifié formateur dans le second degré.

I.A-I.P.R : Inspecteur d’académie – Inspecteur pédagogique régional. Cadre supérieur de l’Éducation nationale, il exerce ses fonctions dans le cadre du programme de travail académique pour le second degré.

I.E.N : Inspecteur de l’Éducation nationale. Cadre supérieur de l’Éducation nationale, il exerce ses fonctions dans le cadre du programme de travail académique pour le premier degré.

M.C.F (Maître de conférences) et P.U (professeur des universités) sont des enseignants-chercheurs. Ils ont la double mission d’assurer le développement de la recherche fondamentale et appliquée et de transmettre aux étudiants les connaissances qui en sont issues. Les maîtres de conférences sont des fonctionnaires titulaires nommés dans un établissement public d’enseignement supérieur et de recherche.

P.E.M.F : Professeur des écoles maître formateur. Professeur des écoles chargé d’enseignement et certifié formateur du premier degré.

La création d’un certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique (CAFFA) dans le second degré et la rénovation du certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maître formateur (CAFIPEMF) dans le premier degré ont pour objectif de développer les compétences des formateurs en académie, tout en contribuant au rapprochement des cultures professionnelles des formateurs des deux degrés.

PREC : professeur des écoles mis à disposition dans le supérieur pour une durée déterminée.

 

Notes

[1]   Voir le glossaire en fin d’article.
[2]   Les parcours de la mention 4, très divers, font eux appel à d’autres catégories d’intervenants.
[3]   Note du Réseau national des ÉSPÉ. Journée des entretiens du 11 janvier 2018.

[4]   « Conditions d’exercice en IUFM des personnels des premier et second degrés », circulaire n°2002-064 du 20-3-2002,
[5]   « Un décret, en cours d’élaboration, transpose les dispositions du décret [n° 93-461 du 25 mars 1993 relatif aux obligations de service des personnels enseignants du second degré affectés dans les établissements d’enseignement supérieur] à ces personnels (les enseignants du premier degré) dès lors qu’ils sont affectés dans l’enseignement supérieur pour y assurer des enseignements. » Circulaire n°2002-064 du 20-3-2002

[6]     Sgen-CFDT – Congrès d’Aix 2016  – « Notre projet pour le service public : répondre à l’exigence d’égalité et de démocratie ». 16 points de revendication pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche
[7]     Les enseignants du second degré représentent 14 % des 92 200 enseignants en fonction dans les établissements publics d’enseignement supérieur (données 2015-2016).

[8]     Note du Réseau national des ÉSPÉ. Journée des entretiens du 11 janvier 2018.

 

 

Tout savoir

Ce que le Sgen-CFDT peut vous apporter...

Découvrez l'ensemble des services du Sgen-CFDT sur la toile !

Aix-Marseille - Sgen-CFDT Provence-Alpes

SGEN-CFDT - 18, rue Sainte - 13001 MARSEILLE
Tel: 04.91.55.53.52
e-mail : provencealpes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Amiens - Sgen-CFDT Picardie

SGEN-CFDT - 52 rue Daire 80000 AMIENS
Tel : 03 22 92 84 40
E-mail : amiens@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Besançon - Sgen-CFDT Franche Comté

SGEN-CFDT - 4 bis rue L. de Vinci - 25000 BESANCON
Tel : 03.81.25.30.10
Fax : 03.81.25.30.01
E-mail : besancon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Bordeaux - Sgen-CFDT Aquitaine

Sgen-CFDT - 8, rue Théodore Gardère - 33080 BORDEAUX Cedex
Tel : 05.57.81.11.40
E-mail : bordeaux@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Caen - Sgen-CFDT Basse Normandie

SGEN-CFDT - 2, rue du Général Decaen - 14000 CAEN
Tel :02.31.82.60.61
E-mail : bassenormandie@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Clermont-Ferrand - Sgen-CFDT Auvergne

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - Place de la Liberté - 63000 CLERMONT FERRAND
Tel : 04.73.31.90.87
E-mail : clermont-ferrand@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Corse - Sgen-CFDT Corsica

Sgen-CFDT - Corsica - Maison des syndicats - Rue du Castagno - 20200 BASTIA
Tel : 04.95.31.17.02
E-mail : corsica@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Créteil - Sgen-CFDT de l'Académie de Créteil

Sgen-CFDT - 11-13, rue des Archives - 94010 CRÉTEIL Cedex
Tel : 01.43.99.58.39
E-mail : creteil@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Dijon - Sgen-CFDT Bourgogne

Sgen-CFDT - 6 bis rue Pierre Curie - 21000 DIJON
Tel : 03.80.30.23.54
E-mail : bourgogne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Grenoble - Sgen-CFDT de l'Académie de Grenoble

Sgen-CFDT - Bourse du travail, 32 avenue de l'Europe -38030 GRENOBLE Cedex 02
Téléphone : 04 76 40 31 16
grenoble@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sup-Recherche Grenoble

Sgen CFDT,
Bâtiment A de Physique, BP 53, 38041 Grenoble Cedex 9.
Téléphone : 04 76 51 47 22 (téléphone et répondeur)
sgencfdt@grenoble.cnrs.fr
Accéder au site internet

Guadeloupe - Sgen-CFDT Guadeloupe

Sgen-CFDT - 104 immeuble Les Chicanes - 97139 GRAND CAMP ABYMES
Mél : guadeloupe@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Guyane - Sgen-CFDT Guyane

Sgen-CDTG-CFDT - 99-100 Cité Césaire - BP 383 - 97328 CAYENNE Cedex
Tel : 05.94.31.02.32
Mél : guyane@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lille - Sgen-CFDT Nord Pas-de-Calais

Sgen-CFDT - 145, rue des Stations - 59800 LILLE
Tel : 03 20 57 81 81
Mél : lille@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Limoges - Sgen-CFDT Limousin

Sgen-CFDT - 32, rue Adolphe Mandonnaud - BP 63823 - 87038 LIMOGES Cedex 1
Tel : 05.55.32.91.04
E-mail : limoges@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Lyon - Sgen-CFDT de l'Académie de Lyon

Sgen-CFDT - 214, avenue Félix Faure - 69441 LYON Cedex 03
Tel : 04.78.54.17.66
E-mail : lyon@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Martinique - Sgen-CFDT Martinique

SGEN CFDT - Maison des syndicats, boulevard du Général de Gaulle - 97200 FORT DE FRANCE
Tel : 00(596)395909
Mél : martinique@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Mayotte - Sgen-CFDT Mayotte - CISMA

SGEN-CISMA - 32 rue Marindrini, BP 1038 - 97600 MAMOUDZOU (Mayotte)
tél. : 0269 61 12 38
Mél : mayotte@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Montpellier - Sgen-CFDT Languedoc-Roussillon

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats, 474 allée Henry II de Montmorency - 34000 MONTPELLIER
Tel : 04 67 65 60 64
E-mail : montpellier@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nancy-Metz - Sgen-CFDT Lorraine

Sgen-CFDT - 15 Bd Charles V - 54000 NANCY
Tel : 03.83.39.45.15
E-mail : lorraine@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nantes - Sgen-CFDT Pays de Loire

Sgen-CFDT - 9 Place de la Gare de l'État - Case poste n° 9 - 44276 NANTES Cedex 2
Tel : 02.51.83.29.30
E-mail : nantes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nice - Sgen-CFDT de l'Académie de Nice

Sgen-CFDT - 12, boulevard du général Louis Delfino - 06300 NICE
Tel : 04.93.26.35.48
E-mail : nice@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Nouvelle-Calédonie - SOE Nouvelle Calédonie

SOENC Enseignement - BP 2534 - 98846 NOUMÉA Cedex
mél soenc@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Orléans-Tours - Sgen-CFDT Orléans-Tours

Sgen-CFDT - 10 rue Théophile Naudy - 45000 ORLEANS
Tel : 02.38.22.38.59 et 06.83.81.78.34
E-mail : orleans-tours@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Paris - Sgen-CFDT Paris

Sgen-CFDT - 7/9, rue Euryale Dehaynin - 75019 PARIS
Tel : 01.42.03.88.86
Mail : paris@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Poitiers - Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Sgen-CFDT - Maison du Peuple - 21bis-23, rue Arsène Orillard - 86035 POITIERS Cedex
Tel : 05.49.88.15.82
E-mail : poitou-charentes@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Polynésie - Confédération TMAC-SGEN – A TI’A I MUA

TMAC-SGEN – A TI’A I MUA - Immeuble Galliéni, rue Clapier - BP 4523 - 98713 PAPEETE, TAHITI (Polynésie Française)
tél. 00 689 40 54 40 10
mél syndicat_tmac@yahoo.fr
Accéder au site internet

Reims - Sgen-CFDT Champagne-Ardenne

Sgen-CFDT - Maison des Syndicats 15 Bd de la Paix BP 1368 - 51063 REIMS Cedex
Tel : 09 63 65 46 32
Fax : 03.26.77.69.99
E-mail : reims@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rennes - Sgen-CFDT Bretagne - Breizh

Sgen-CFDT - 10 bd du Portugal - CS 10811 35208 RENNES CEDEX 2
Tel : 02.99.86.34.63
E-mail : bretagne@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

La Réunion - Sgen-CFDT Réunion

Sgen-CFDT - 58, rue Fénelon - 97400 SAINT DENIS
Tel : 02.62.90.27.72
Fax : 02.62.21.03.22
E-mail : reunion@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Rouen - Sgen-CFDT Haute-Normandie

Sgen-CFDT - 25 Place Gilles Martinet - 76300 Sotteville-les-Rouen
Tel : 02.32.08.33.40
E-mail : rouen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Strasbourg - Sgen-CFDT Alsace

(Académie de Strasbourg)
à Strasbourg,
Sgen-CFDT - 305 avenue de Colmar BP 935 - 67029 STRASBOURG Cedex 1
Tel : 03 88 79 87 77 ou 03 88 79 87 61
E-mail : 67@sgen.cfdt.fr
à Mulhouse,
Sgen-CFDT - 1 Rue de Provence 68090 MULHOUSE CEDEX
Tél : 03 89 31 86 66
E-mail : 68@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Toulouse - Sgen-CFDT Midi-Pyrénées

Sgen-CFDT - 3 chemin du pigeonnier de la Cépière - Bât C 31100 TOULOUSE
Tel : 05.61.43.71.56
E-mail : toulouse@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Versailles - Sgen-CFDT de l'Académie de Versailles

Sgen-CFDT - 23 Place de l'Iris, 92 400 COURBEVOIE [MÉTRO ESPLANADE DE LA DÉFENSE]
tel : 01 40 90 43 31
mél : versailles@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT de l'Étranger

Pour les personnels travaillant à l'étranger :
AEFE, Instituts Culturels
47-49, avenue Simon Bolivar - 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01.56.41.51.20
Fax : 01.56.41.51.11
E-mail : etranger@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT Recherche - EPST

Campus de Villejuif - Bat. 1
7 rue Guy Moquet BP 8 94801 VILLEJUIF Cedex
Tel : 01.49.58.36.38 ou 01.49.58.36.66
E-mail : sgencfdt@vjf.cnrs.fr
Accéder au site internet

Sgen-CFDT des Administrations Centrales MEN et MESR

Pièce 162 110 rue de Grenelle 75007 Paris
Tel : 01 55 55 13 85
E-mail : sgen-cfdt@education.gouv.fr
Accéder au site internet

Syndicat National des Médecins de Santé Publique de l'Éducation Nationale

SNAMSPEN/Sgen-CFDT 47/49 avenue Simon Bolivar 75950 PARIS Cedex 19
Tel : 01 56 41 51 00
E-mail : snamspen@sgen.cfdt.fr
Accéder au site internet

Syndicat des Travailleurs de la Recherche Extra-Métropolitaine

Créé par des agents de l'IRD pour tout le personnel de l'IRD.
STREM-Sgen-Cfdt, IRD – Permanence STREM
911, avenue Agropolis BP 64501 34394 Montpellier
Tél : 33 (0)4 67 41 51 15
E-maill : strem-sgen-cfdt@ird.fr
Accéder au site internet

Site de l'Irea-Sgen-CFDT, Institut de recherches, d'études et d'animation

47-49, av. Simon Bolivar,
6ème étage
75950 Paris cedex 19.
Tél/fax. : 01 42 49 84 63
https://twitter.com/IreaSgenCfdt
Accéder au site internet

Espace militant

Le blog militant pour retrouver tous les outils indispensables à l'action syndicale au SGEN-CFDT.
Accéder au site internet

Sgen+

Le service d'information et de suivi de carrière du Sgen-CFDT
Accéder au site internet

Ressources professionnelles

Des outils clés en main pour les pratiques professionnelles de notre champ de syndicalisation
Accéder au site internet

Site de la CFDT

Le site de la CFDT : l'actualité syndicale et sociale.
Accéder au site internet

Site du Sgen-CFDT

Le site de la fédération Sgen-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Site de la CFDT Fonctions Publiques

Le site de la CFDT Fonctions Publiques : pour tous les agents des trois Fonctions Publiques (État, territoriale et hospitalière).
Accéder au site internet

Site de la Fédération Formation et Enseignement Privés CFDT

Le site CFDT des personnels de la formation et de l'enseignement privé
Accéder au site internet

Site de Fédération générale de l'agroalimentaire CFDT

Le site de FGA-CFDT : les informations nationales.
Accéder au site internet

Le sgen-cfdt et vous

Nous contacter
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter.
Nous écrire

 

Adhérer au SGEN-CFDT
L'adhésion, la seule ressource du syndicat !
En savoir plus